Colombie : le double défi de la réintégration politique et socio-économique des ex-combattants

Écouter /

Jean Arnault, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, devant le Conseil de sécurité. Photo archives, ONU/Manuel Elias

Devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial des Nations Unies pour la Colombie, Jean Arnault, a souligné ce matin la nécessité de relever le défi de la réintégration politique des ex-combattant des FARC alors que les élections parlementaires et présidentielles sont prévues cette année. De plus, a-t-il ajouté, il importe de surmonter la difficulté que représente la réintégration socio-économique des 14 000 anciens combattants. Celle-ci passe, selon lui, par un meilleur accès à la propriété foncière.

Présentant le premier rapport trimestriel du Secrétaire général sur les activités de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie, Jean Arnault a jugé essentiel de répondre aux demandes des communautés victimes de la guerre par la construction de routes et la fourniture de services de santé et d’éducation. La Mission a commencé ses opérations le 26 septembre 2017 après la conclusion de l’accord sur le cessez-le-feu, la cessation des hostilités et le dépôt des armes.

Par ailleurs, le Représentant spécial de l'ONU en Colombie s'est félicité du renforcement de la protection des ex-FARC en dehors des zones de réintégration. Il s'est réjoui de la reprise de l’élimination des caches d’armes par l'armée ainsi que du déploiement des forces de sécurité dans 600 districts ruraux les plus touchés par le conflit.

Jean Arnault a jugé le contrôle du territoire par l’Etat indissociable d'une présence physique permanente des institutions étatiques, même si celle-ci ne saurait être la panacée.

S'agissant du cessez-le-feu temporaire entre le gouvernement et l’ELN au-delà du 9 janvier, Jean Arnault a jugé prématuré de se prononcer sur les discussions qui viennent de reprendre à Quito d'autant plus qu'il y a lieu de déplorer les récentes attaques par l'ELN contre un pipeline dans les provinces d'Arauca et de Boyoca.

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/01/2018
Loading the player ...