Afrique de l'Ouest : la situation sécuritaire reste très préoccupante malgré des progrès, selon l'ONU

Écouter /

Mohammed Ibn Chambas, Représentant spécial et chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (Crédit photo : ONU/Eskinder Debebe

Devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, a indiqué ce matin, qu'en dépit de progrès continus réalisés en Afrique de l'Ouest et au Sahel, notamment en ce qui concerne les transitions démocratique et politique pacifiques, la situation sécuritaire dans la région demeurait une source de grave préoccupation. Il a notamment évoqué les attentats au Mali, dont certains se sont soldés par la mort de Casques bleus, à Kidal notamment, précisant que ceux-ci étaient attribués aux groupes affiliés à Al-Qaida et à l'État islamique du Grand Sahara.

Au Niger, a-t-il poursuivi, la hausse des incidents sécuritaires contraint désormais le Gouvernement à consacrer, en 2018, 17 % de ses dépenses publiques au secteur de la sécurité, comparé à 15 % en 2017, provoquant des manifestations dans la capitale en raison de l'impact de cette mesure sur l'octroi des services sociaux.

Par ailleurs, après un déclin notable des attaques perpétrées par Boko Haram, les incidents se sont multipliés depuis le mois de septembre, faisant 143 victimes parmi les civils au courant du seul mois de novembre. L'utilisation d'enfants kamikazes a quintuplé depuis 2016 et en dépit de la libération de 700 personnes, le groupe continu d'enlever des innocents. En tout, deux millions de personnes attendent désespérément que se termine la crise dans le bassin du lac Tchad, s'est-il inquiété.

Mohamed Ibn Chambas a indiqué que le Groupe des cinq pays du Sahel avait réalisé des progrès notables pour opérationnaliser leur Force conjointe, notamment en établissant une structure de commandement militaire ainsi qu'un quartier général à Sevaré. Une première opération militaire a également été lancée au mois d'octobre avec des troupes françaises. Il a souligné que la réponse sécuritaire devait être complétée par des mesures destinées à renforcer la gouvernance, le développement ainsi que la résilience de la population sahélienne.

Le Représentant spécial a aussi indiqué qu'un plan d'appui à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel sera prochainement partagé avec les partenaires nationaux, régionaux et internationaux afin d'harmoniser les efforts et de définir un appui effectif pour le Sahel.

Poursuivant, le Représentant spécial a affirmé que la propagation exponentielle des conflits intercommunaux et entre agriculteurs et éleveurs avait fait des centaines de victimes et avait averti que cette situation, véritable bombe à retardement, risquait de dépasser le niveau communautaire si on l'ignorait. Il a également signalé que la migration était devenue une des activités les plus lucratives des réseaux criminels de l'Afrique de l'Ouest et du Sahel et a appelé à continuer de faire de l'élimination de la traite des êtres humaines une priorité pour 2018.

Mohamed Ibn Chambas a ensuite indiqué que l'ONU continuait de mettre en œuvre une approche pionnière en matière de pérennisation de la paix en Gambie et au Burkina Faso. Il a précisé qu'un ferme appui de la communauté internationale au plan d'urgence du Burkina Faso permettra à ce pays de faire face aux menaces à sa paix et à sa sécurité.

Alors que le processus de consolidation démocratique est en cours en Gambie, le Représentant spécial a estimé que davantage d'attention devait être accordé aux défis auxquels font face ces deux pays dans le domaine de la réforme du secteur de sécurité, la réconciliation nationale et la justice.

Il a par ailleurs salué l'adoption, au Burkina Faso, d'une nouvelle loi sur les défenseurs des droits de l'homme ainsi que l'adoption d'une loi visant à établir une commission nationale des droits de l'homme en Gambie. Le lancement, au Nigéria, de procédures judiciaires contre les personnes soupçonnées d'appartenir à Boko Haram mérite également d'être salué, a-t-il ajouté.

Le Représentant spécial a par ailleurs parlé de la situation au Libéria où un nouveau président a été élu à l'issue d'un processus pacifique, saluant le fait que les différends liés au scrutin aient été réglés par des moyens exclusivement juridiques. Il y a également vu la démonstration de l'efficacité de la diplomatie préventive.

Il a appelé à se pencher à présent sur les élections qui doivent se dérouler prochainement en Sierra Leone et en Guinée, avertissant par ailleurs que l'absence de consensus sur la mise en œuvre des réformes constitutionnelle au Togo menace le déroulement des élections législatives et locales qui y sont prévues cette année.

Enfin, après avoir rendu hommage à la Présidente sortante du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf, Mohamed Ibn Chambas a appelé à redoubler d'efforts pour promouvoir la participation des femmes au processus de prise de décisions et veiller à ce que les jeunes de la région occupent une place centrale dans les politiques de développement.

(Extrait sonore : mise en perspective par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/01/2018
Loading the player ...