L'ONU et ses partenaires lancent un appel régional de 4,4 milliards de dollars pour plus de cinq millions de réfugiés syriens

Écouter /

Des réfugiés syriens dans un camp de fortune au Liban transportent des matériaux, y compris des planches pour renforcer leurs abris à l’approche de l’hiver. (Crédit photo : HCR/I. Prickett)

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), plusieurs agences onusiennes et des ONG ont lancé mardi un appel de 4,4 milliards de dollars en faveur de plus de cinq millions de réfugiés syriens et des communautés vulnérables qui les accueillent dans les pays voisins. Lors d'un point de presse à Genève, mardi, Amin Awad, le Directeur régional du HCR, pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord a dressé un tableau édifiant de la situation, six ans après le début du conflit.

Amin Awad estimé que la Syrie reste, sans conteste, la plus grande crise humanitaire de notre temps. Avec sept millions à l’intérieur plus 5,3 millions à l’extérieur – il y a plus de 12 millions de personnes [déplacées]. Il y aussi 10 millions de personnes qui sont restées en Syrie, elles n’ont pas quitté leurs maisons mais elles sont coupées de tout. Elles sont coupées des moyens de subsistance, des services, de l’éducation, de la santé, séparées de leurs parents et amis et ont besoin d’une aide humanitaire.

«Toute la nation a besoin d’aide humanitaire», a fait valoir le Directeur régional du HCR. Selon lui, les dommages subis en Syrie et par le peuple syrien victime de cette guerre – il n’y a pas encore de vainqueur clair, mais les perdants sont très clairs – C'est le peuple de la Syrie; Les enfants, les femmes, les personnes vulnérables, les malades, les plus faibles. La moitié des enfants déplacés ne vont pas à l’école. Beaucoup de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie ont également perdu beaucoup d’années de scolarité. Sans aucun doute, il y a une génération perdue.

Le responsable du HCR a déclaré que la situation de 1,7 million d’enfants réfugiés syriens était particulièrement préoccupante, car plus de quatre enfants sur dix ne sont pas scolarisés. Il est également essentiel d’approvisionner les 5,3 millions de réfugiés en nourriture suffisante, a ajouté M. Awad, étant donné que le financement insuffisant en 2015 a coïncidé avec l'afflux d'un million de Syriens qui risquaient leur vie à la recherche d’abris en Europe occidentale.

(Extrait sonore : Amin Awad, Directeur régional du Haut-Commissariat des Nations Unies pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/01/2018
Loading the player ...