Forum sur la gouvernance d'Internet : pour un monde numérique inclusif centré sur la personne

Écouter /

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lors de son allocution retransmise par vidéo à l’ouverture du 12e Forum sur la Gouvernance d’internet (photo: twitter IGF)

Le douzième Forum sur la gouvernance d'Internet a débuté officiellement cet après-midi dans la Salle des Assemblées du Palais des Nations de Genève. Lors de cette séance d'ouverture, la Présidente de la Confédération suisse a plaidé pour « une société de l'information à dimension humaine, inclusive et privilégiant le développement ». De son côté, le Secrétaire général de l'ONU a, dans son allocution retransmise par vidéo, insisté sur l'importance du rôle majeur des nouvelles technologies pour surmonter les obstacles associés à la réalisation du développement durable. Cependant, a-t-il ajouté, ces technologies entraînent aussi un risque de polarisation.

 

Si les avantages du net ont été mis en avant, le Secrétaire général de l'ONU a toutefois mis en garde contre les risques encourus surtout quand il est utilisé à des fins de polarisation, de division et d'activités criminelles. Dans ce message vidéo à l'ouverture de ce 12e forum sur la Gouvernance de l'internet, Antonio Guterres a insisté sur l'importance de combler le fossé numérique mais aussi l'établissement d'une gouvernance qui respecte les droits humains et protège la société.

De ces défis, Michael Moller, le Directeur général du Bureau de l'ONU à Genève a rappelé les dispositifs de surveillance dont disposent certaines entités ainsi que l'influence du net sur les résultats des élections. Le Directeur général de l'ONUG a évoqué les risques que pose la numérisation dans les domaines de la sécurité humaine, de l'emploi et de la cohésion sociale, notamment.

Autant de défis qui bouleversent fondamentalement notre vie sociale, politique et économique, selon le Conseiller d'Etat au Canton de Genève. Pour Pierre Maudet, il faut donc s'assurer que l'avenir numérique soit le plus inclusif et le plus respectueux de tous.

« A l'heure où certains menacent la neutralité d'internet, à l'heure où l'on parle chaque jour davantage des risques plus que des opportunités du big data, de l'intelligence artificielle, mais également de la potentielle identité des robots, il est plus que jamais nécessaire de réunir des experts dans ce domaine. De les réunir autour de l'idée qu'internet est une révolution permanente, une révolution qui par nature doit être solidaire », fait-il remarquer.

Une solidarité qui passe aussi par une réduction de la fracture numérique. Le Secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT), Houlin Zha a révélé que plus de la moitié de la population mondiale est sans accès à Internet, soit 3,9 milliards de personnes à travers le monde.

Dans tous les cas, la présidente de la Confédération Doris Leuthard a souligné que le dialogue entre tous les groupes d'intérêt, notamment le monde politique, les milieux scientifiques, l'économie, la société civile et la communauté technique, était nécessaire pour concrétiser la vision d'une société de l'information dans laquelle tout un chacun doit pouvoir bénéficier des avantages du futur numérique.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève ; avec un extrait sonore de M. Pierre Maudet, Conseiller d'État du Canton de Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/01/2018
Loading the player ...