Yémen : l'ONU exhorte la Coalition à mettre fin au blocus humanitaire

Écouter /

La ville de Saada a été fortement touchée par des frappes aériennes au cours du conflit en cours au Yémen. Photo: OCHA / Philippe Kropf

Les Nations unies ont appelé mardi la Coalition internationale dirigée par l'Arabie Saoudite à mettre un terme au blocus qui empêche l'acheminement de l'aide au Yémen. La décision de la coalition menée par l'Arabie saoudite au Yémen de fermer les ports et les accès terrestres impacte l'aide humanitaire. Dans ces conditions, l'ONU a appelé mardi à Genève la Coalition à laisser entrer nourriture, carburant et médicaments afin d'éviter une « catastrophe humanitaire ».

 

« Les opérations humanitaires sont actuellement bloquées à la suite de la fermeture des aéroports et ports au Yémen », a ainsi déclaré le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (BCAH) lors d'un point de presse ce mardi à Genève. Selon Jens Laerke, la Coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a « demandé au Mécanisme des Nations Unies pour l'inspection et la vérification au Yémen (UNVIM) d'informer tous les navires commerciaux dans les ports de Hodeïda et de Salif de partir ». En outre, les vols humanitaires à destination et en provenance du Yémen sont suspendus depuis hier.

Selon le BCAH, blocus a commencé dans certaines régions à impacter sur la vie quotidienne des Yéménites. « Par exemple, le renforcement du blocus avait immédiatement fait bondir en moins d'un jour de 60% le prix du carburant et de 50% le prix du gaz de cuisine. De longues files de voitures font la queue devant les stations d'essence », fait remarquer Jens Laerke.

Près de sept millions de Yéménites dépendent uniquement de l'aide humanitaire et la quasi-totalité de la nourriture importée passe par les ports en raison du conflit qui dure depuis près de trois ans. « Le BCAH est donc très préoccupé par l’impact négatif de ce blocus sur la situation humanitaire déjà catastrophique au Yémen où 7 millions de personnes vivent dans des conditions proches de la famine », a ajouté Jens Laerke. « Si ces canaux ne sont pas maintenus ouverts, ce sera catastrophique pour les gens », a averti le porte-parole d'OCHA qui a par ailleurs annoncé que l'ONU était en discussion avec la coalition pour que l'acheminement de l'aide humanitaire puisse être rétabli au plus vite.

Ce blocus intervient alors que l'épidémie de choléra ralentit au Yémen. Selon les derniers chiffres répertoriés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à la date du 6 novembre, 908.702 cas suspects ont été observés et plus de 2194 décès ont été constatés.

De son côté, le Haut-Commissariat aux droits de l'ONU dénonce également les attaques contre les civils ces dernières semaines qui ont fait des dizaines de victimes. Selon les chiffres publiés ce mardi à Genève par les services du Haut-Commissaire Zeid, 5.295 civils ont été tués et 8.873 blessés.

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/11/2017
Loading the player ...