Yémen : l'ONU autorisée à reprendre un vol régulier de passagers samedi

Écouter /

L'ONU va pouvoir reprendre un vol régulier de passagers vers le Yémen, entre Amman (Jordanie) et Sanaa, la capitale, à partir de samedi, a indiqué vendredi à Genève un porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH). Selon Jens Laerke, un appareil avec du personnel devrait atterrir à Sanaa.

L'ONU a reçu une autorisation leur permettant de reprendre un vol samedi vers le Yémen, après près de trois semaines de blocage imposé par la coalition menée par l'Arabie saoudite.  Lors d'un entretien avec ONU Info, Jens Laerke a par la suite confirmé que les Nations Unies ont « reçu cette notification ce vendredi matin ». « Nous avons été informés par notre contact habituel auprès de la coalition à Ryad que notre vol de passagers affrété par le Service aérien des Nations Unies (UNHAS) va pouvoir de nouveau voler depuis Amman jusqu'à Sanaa, à compter de demain, samedi », a affirmé M. Laerke.

« Nous avons aussi une indication que les vols depuis Djibouti pourraient aussi recommencer bientôt », a ajouté le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH). Il n'est pas encore clair si du matériel pourra être chargé dans ce vol qui est prévu pour des passagers. « C'est un vol régulier pour le transport de passagers, mais ce vol peut aussi transporter de l'aide humanitaire », a précisé Jens Laerke.

En revanche, les Nations Unies n'ont pas encore reçu de réponse concernant leurs demandes d'accès aux ports yéménites d'Hodeida et Saleef pour les bateaux chargés de matériel humanitaire et de nourriture. « Concernant le blocus maritime, nous n'avons pas encore reçu une autorisation », fait-il remarquer.  En attendant, des chargements du Programme alimentaire mondial (PAM) ou pour la lutte contre l'épidémie de choléra attendent de pouvoir être acheminés. L'ONU appelle d'ailleurs à la reprise du trafic commercial et cible en priorité une aide contre la famine et cette pathologie. « Il est extrêmement important que les humanitaires puissent reprendre leurs opérations aux ports d'Hodeidah et de Saleef pour permettre la livraison de l'aide humanitaire et des cargos commerciaux », a souligné le porte-parole du BCAH.

Pour Jens Laerke, ce qui est important maintenant, « c'est de pouvoir reprendre l'acheminement de l'aide humanitaire pour répondre aux besoins des populations ». A cet égard, les organismes humanitaires de l'ONU rappellent qu'environ 17 millions de personnes ne savent pas d'où viendra leur prochain repas et 7 millions dépendent totalement de l'aide alimentaire alors que de l'eau potable est fournie à plus de 4 millions de Yéménites.

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...