Yémen : des millions de personnes risquent de mourrir de faim si le blocus n’est pas levé, avertit l’ONU

Écouter /

Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires

La famine risque de faire des millions de victimes au Yémen si le blocus n'est pas levé et des mesures prises immédiatement, a averti en fin de journée mercredi le chef du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, à l'issue d'une rencontre à huis clos avec le Conseil de sécurité, lors de laquelle il a à nouveau condamné le blocus que mène la Coalition internationale dirigée par l'Arabie Saoudite qui empêche l'acheminement de l'aide dans le pays, avec la fermeture des accès terrestres maritimes et aériens au pays.

« J’ai dit au Conseil [de sécurité] qu’à moins que ces mesures ne soient levées et les cinq mesures…. mises en œuvre, il y aura une famine au Yémen. Ce ne sera pas comme la famine que nous avons connue au Soudan du Sud cette année où des dizaines de milliers de personnes ont été touchées. Ce ne sera pas comme la famine qui a coûté la vie à 250.000 personnes en Somalie en 2011. Ce sera la plus grande famine que le monde ait connue depuis des décennies, avec des millions de victimes », a déclaré le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires devant la presse.

Mark Lowcock a expliqué qu'il avait fait part de 5 mesures qu'il souhaite voir mise ne œuvre aux Membres du Conseil, à savoir la reprise des services aériens réguliers des Nations Unies et des autres partenaires humanitaires à Sana’a et Aden, avec l'assurance qu'il ne seront plus perturbés; un accord immédiat sur le pré positionnement du le Programme alimentaire mondial (PAM) au large d’Aden; et la reprise immédiate de l’accès humanitaire et commercial à tous les ports maritimes du Yémen – en particulier pour l’alimentation, les médicaments et autres fournitures essentielles; mais aussi la réduction des interférences, des retards ou des blocages de tous les navires qui ont passé l’inspection par le mécanisme de vérification et d’inspection de l’ONU afin qu’ils puissent se rendre au port le plus rapidement possible.

« La récente fermeture de tous les ports et aéroports rend une situation déjà catastrophique encore pire », a déclaré jeudi Le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) Anthony Lake, faisant écho au message du chef des affaires humanitaires.

« Aujourd’hui, près de 400 000 enfants au Yémen risquent de mourir de malnutrition aiguë sévère. Potentiellement ajouter des dizaines de milliers d’enfants à ce tribut – des dizaines de milliers de catastrophes personnelles supplémentaires pour les enfants et les parents endeuillés – c'est tout simplement inhumain »a dit Anthony Lake dans un communiqué.

« Les enfants ne sont pas responsables du conflit et du carnage créés par les adultes. Mais ils sont les premières victimes », a lamenté le chef de l'UNICEF.

« Nous devons demander à toutes les parties: à quel Yémen les vainqueurs s’attendent-ils à gagner en le détruisant? », a-t-il conclu.

 

 

(Extrait sonore : Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/11/2017
Loading the player ...