Bosnie-Herzégovine : pour la France il faut « respecter les principes et les institutions mises en place par les accords de Dayton-Paris »

Écouter /

Caption Background: Security Council meeting:The situation in Bosnia and Herzegovina
Anne Gueguen, Représentante permanente adjointe de la France, Conseil de sécurité sur la Bosnie-Herzégovine, mardi 7 novembre 2017 (Crédit photo: ONU/Kim Haughton)

La situation en Bosnie-Herzégovine était à l'ordre du jour du Conseil de sécurité ce matin. Une vingtaine d'orateurs ont pris part au débat. Parmi eux, la Représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies. Anne Gueguen a insisté sur la nécessité de respecter les principes et les institutions mises en place par les accords de Dayton-Paris, mais aussi les aspirations de l'ensemble des composantes du pays en faveur d'une perspective européenne. La diplomate française a également exhorté toutes les forces politiques bosniennes à respecter les institutions centrales de la Bosnie-Herzégovine et à s'abstenir de toute initiative, telle que des projets de référendums, susceptibles de fragiliser ces institutions. Anne Gueguen.

La Représentante permanente adjointe a souligné que l'adoption à l'unanimité l'année dernière de la résolution 2315 avait permis de souligner que l'ensemble des membres du Conseil de sécurité partagent les mêmes principes cardinaux à l'égard de ce pays.

Anne Gueguen a fait valoir que l'unité affichée par le Conseil rappelle que la communauté internationale s'accorde à soutenir l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine -qui ne saurait être remise en cause par l'une de ses entités- ainsi qu'à respecter les choix de ce pays, pourvu qu'ils s'inscrivent dans le respect du droit international et du cadre fixé par les accords de paix, a-t-elle précisé.

La Représentent permanente adjointe a appelé tous les acteurs à « abandonner les rhétoriques surannées de division et les jeux politiques », souhaitant plutôt la mise en œuvre des réformes économiques et sociales et un dialogue sérieux entre partis politiques, faute de quoi le cadre juridique des élections risque d'être « lacunaire ».

Se félicitant que la perspective européenne constitue aujourd'hui le principal moteur de développement et de consolidation du pays, Anne Gueguen a assuré que l'Union européenne (UE) continuerait plus que jamais à accompagner les autorités du pays dans la mise en œuvre des réformes socio-économiques, tandis que l'opération militaire EUFOR Althéa continuerait son action en s'adaptant au mieux à l'évolution de la situation sécuritaire, le but étant de permettre aux forces de sécurité bosniennes d'opérer de manière autonome. Cette opération fera l'objet dans les prochaines semaines d'une revue stratégique menée par l'UE afin d'orienter son action pour les années à venir.

(Extrait sonore : Anne Gueguen, Représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/11/2017
Loading the player ...