Blocus au Yémen : l'UNICEF alerte sur l'aggravation d'une situation humanitaire déjà catastrophique

Écouter /

La situation est catastrophique et ne cesse d’empirer au Yémen où 400.000 enfants sont exposés à la malnutrition aiguë sévère (photo : twitter UNICEF).

La communauté humanitaire continue de tirer la sonnette d'alarme sur la situation au Yémen. Lors d'un point de presse téléphonique ce vendredi à Genève, la Représentante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) dans ce pays a ainsi exprimé sa vive préoccupation suite à la décision de la Coalition de fermer tous les aéroports et ports du Yémen ainsi que les points de passage terrestres. Selon Meritxell Relano, ces perturbations pourraient mettre en péril les récents succès dans l'atténuation de la menace de famine et de la propagation du choléra.

 

Au sixième jour du blocus total imposé par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, « les déplacements de l'aide humanitaire à destination ou en provenance du Yémen ne sont toujours pas facilité ». Depuis la Jordanie, la Représentante de l'UNICEF au Yémen a déclaré à la presse de Genève que ce blocus vient aggraver davantage une situation déjà catastrophique. Selon Meritxell Relano, aucun carburant ne sera disponible d'ici la fin du mois sans une levée du blocus.

Or sans un approvisionnement rapide du carburant, l'agence onusienne redoute déjà des conséquences sur le système de santé et le traitement de l'eau potable. L'UNICEF note que la poursuite du blocus « n'aidera pas à contrôler l'épidémie de choléra » qui a pourtant ralenti ces derniers. Une situation qui pourrait provoquer de nouveaux décès et de nouveaux cas liés à cette pathologie. A cet égard, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que l'un de ses chargements avec 250 tonnes de matériel n'avait pu ces derniers jours entrer au Yémen.

Autre impact de la pénurie de carburant relevé par l'UNICEF, les dysfonctionnements à s'attendre au niveau des chambres froides où les humanitaires entreposent leurs vaccins. Selon l'agence onusienne, le blocage des accès humanitaires menacerait au moins un million d'enfants de pathologies comme la rougeole.

Enfin, un blocus est synonyme de manque de médicaments et surtout priverait des millions de personnes de l'alimentation. Or selon l'UNICEF, le taux de malnutrition des enfants « ne va qu'augmenter ». Au Yémen, près de 400.000 enfants risquent actuellement de mourir de malnutrition sévère aiguë. Ajouter potentiellement des dizaines de milliers d'autres enfants à ce nombre signifie des dizaines de milliers d'autres catastrophes personnelles pour les enfants et les parents en deuil.

En conclusion, les agences des Nations Unies rappellent que sept millions de personnes au Yémen sont sur le point d'être menacées de famine si le blocus imposé par la coalition menée par l'Arabie saoudite n'est pas levé.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies / Genève).

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/11/2017
Loading the player ...