A Buenos Aires, une conférence pour « reléguer le travail des enfants aux oubliettes de l'histoire » (OIT)

Écouter /

Des enfants au travail. L'élimination du travail des enfants d'ici 2025 est l'un des engagements pris dans le cadre des Objectifs de développement durable. (archive) Photo: OIT

La 4e Conférence mondiale sur l’élimination durable du travail des enfants a débuté ses travaux mardi à Buenos Aires.

Organisée par l’Organisation internationale du travail (OIT) en partenariat avec le gouvernement argentin, la conférence a pour objet d’accélérer le rythme de l’élimination du travail des enfants d’ici 2025, conformément aux engagements pris en 2015 dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD).

Etats membres, organisations régionales, partenaires sociaux, entreprises et organisations de la société civile aborderont pendant trois jours différents sujets liés au travail des enfants, au travail forcé et à l’emploi des jeunes.

Les délégués auront pour but d’identifier les scénarios possibles et les conditions permettant, en plus de l’élimination du travail des enfants en 2025, l’élimination du travail forcé en 2030 et dans ce contexte d’atteindre le plein emploi productif et un travail décent pour les jeunes.

Le résultat final des travaux aboutira sur une déclaration (« la Déclaration de Buenos Aires ») qui devrait être adoptée à l’issue de la conférence jeudi.

Une conférence qui doit se traduire par des engagements

Réunis dans la capitale argentine, les participants seront également invités à prendre publiquement l’engagement d’accomplir des actions concrètes.

A travers un « mécanisme d’engagements », les résultats de la Conférence seront concentrés sur des actions spécifiques dans chacun des domaines de responsabilité des délégués.

Ces engagements comprendront par exemple celui de ratifier les instruments internationaux pertinents dans un délai donné, de lancer des initiatives au niveau national, sous-régional ou régional.

« Nous avançons dans la bonne direction, mais nous devons le faire à un rythme beaucoup plus soutenu »

A la veille de cette conférence, l’OIT a appelé à redoubler d’efforts pour « reléguer le travail des enfants aux oubliettes de l’histoire », dans un rapport publié lundi.

« Nous avançons dans la bonne direction, mais nous devons le faire à un rythme beaucoup plus soutenu », a rappelé l’Organisation siégant à Genève dans son rapport intitulé ‘Mettre fin au travail des enfants d’ici à 2025 : examen des politiques et des programmes’.

Le rapport énumère quatre « piliers » politiques essentiels dans la lutte contre le travail des enfants : renforcer les protections juridiques, améliorer la gouvernance des marchés du travail et des entreprises familiales, consolider la protection sociale et investir dans une éducation gratuite de qualité.

(Interview: Franceso Dovidio, Chef de l'Unité innovations et solutions au Bureau international du travail; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
24/11/2017
Loading the player ...