Paix et sécurité : devant le Conseil de sécurité, Michaëlle Jean plaide en faveur des femmes

Écouter /

Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'OIF. Photo: ONU/Eskinder Debebe

Lors de son intervention, Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a demandé combien de résolutions, d'études, de réunions seront encore nécessaires pour en finir avec le chiffre « inacceptable » de 9% de femmes parmi les participants aux quelque 30 grandes négociations menées ces 25 dernières années.

« De quoi avons-nous peur? D'être plus efficaces? » a-t-elle lancé, avant d'appeler les organisations internationales et les États à s'engager résolument, avec la société civile, à identifier et mobiliser de manière plus systématique et coordonnée des femmes pour s'asseoir à toutes les tables de négociation.

Michaëlle Jean a également déploré le chiffre « dérisoire » de 3% de femmes seulement parmi le personnel militaire des missions de la paix de l'ONU alors qu'il est démontré que leur présence contribue à un meilleur comportement des forces de sécurité et accroît la crédibilité des missions. « De quoi avons-nous peur? D'être plus performants »?

Impliquée depuis plus de 15 ans dans la contribution francophone aux opérations de maintien de la paix, l'OIF se mobilise sur le terrain pour encourager la participation des femmes et former les forces de sécurité aux droits des femmes.

La Secrétaire générale de l'OIF a ajouté qu'il faut faire plus pour l'intégration économique et sociale des femmes parce que la paix, la stabilité et la sécurité dépendent aussi d'un développement partagé et inclusif. Selon elle, il faut faire plus pour le financement en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité, plus pour une pleine reconnaissance de toutes les formes de discrimination et des crimes commis contre les femmes, plus pour que cesse l'impunité.

La Secrétaire générale de l’OIF a conclu son intervention en faisant valoir que la réunion du Conseil de sécurité d'aujourd'hui fournit l'occasion d'affirmer, une vraie volonté d'agir ensemble, d'agir encore bien davantage. « Faisons le pari de toujours plus de concertation et de mise en synergie des effors », a-t-elle déclaré. Un pari pris avec ses homologues du Secrétariat général Ibero-Americain, du Commonwealth, et de la Communauté des pays de langue portugaise, des entités qui avec l’OIF regroupent 167 Etats et gouvernements et 61% de la population mondiale Cette alliance stratégique, est là aussi pour servir l'agenda « femmes, paix et sécurité ». Avant de conclure: « Rien, sans les femmes n'est, ni ne sera possible ».

(Extrait sonore : Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/11/2017
Loading the player ...