Ouganda : l'OMS soutient le confinement du virus de Marbourg à la frontière avec le Kenya après le décès de deux personnes

Écouter /

L'OMS s'efforce de contenir une épidémie du virus de Marburg (MVD) apparue dans l'est de l'Ouganda (Photo: Bureau OMS/Afrique).

L'Organisation mondiale de la santé s'efforce de contenir une épidémie du virus de Marburg (MVD) apparue dans l'est de l'Ouganda, à la frontière avec le Kenya. Au moins une personne est décédée de la maladie et plusieurs centaines de personnes ont pu être exposées au virus dans les centres de santé et lors de cérémonies funéraires traditionnelles dans le district de Kween, une région montagneuse située à 300 kilomètres au nord-est de Kampala.

Le premier cas a été détecté le mardi 17 octobre par le Ministère de la Santé. Il s'agit d'une femme de 50 ans qui est décédée le 11 octobre dernier dans un centre de santé après avoir ressenti une forte fièvre, suivie de diarrhée, vomissements et hémorragies sévères. Des tests de laboratoire menés à l'Institut ougandais de recherche sur les virus (UVRI) ont confirmé la cause du décès comme étant la fièvre hémorragique Marburg. Le frère de la femme était également décédé de symptômes similaires trois semaines plus tôt et a été inhumé lors d'un enterrement traditionnel. C'était un chasseur de gibier ayant vécu près d'une grotte habitée par des chauves-souris Rousettus, qui sont des hôtes naturels du virus de Marburg. Un cas suspect et un cas probable qui font l'objet d'une enquête, reçoivent des soins médicaux. Une recherche active de personnes susceptibles d'avoir été exposées ou infectées par le virus est en cours.

Le Ministère de la santé a déployé une équipe d'intervention rapide dans la région avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé, du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et du Réseau africain d'Épidémiologie de Terrain (AFENET). L'OMS fournit des fournitures médicales et des conseils sur des enterrements dignes et répondant aux normes de sécurité. L'Agence onusienne a également débloqué 500.000 dollars américain à partir de son fonds d'urgence pour financer ces actions immédiates prises en réponse à l'apparition du virus. « Nous travaillons avec les autorités sanitaires pour mettre rapidement en œuvre des mesures de riposte », a déclaré Ibrahima-Socé Fall, Directeur régional pour les situations d'urgence au Bureau régional de l'Afrique à l'OMS. « L'Ouganda a déjà géré les épidémies d'Ebola et de Marburg, mais un soutien international est nécessaire de toute urgence pour intensifier la riposte, car le risque global de propagation nationale et régionale de cette maladie épidémique est élevé ».

Il faut juste rappeler que le virus de Marburg est de la même famille que celui d'Ebola et figure comme lui parmi les agents pathogènes les plus virulents chez l'Homme, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le virus de Marburg se transmet par contact avec les fluides corporels (sang, selles, urine, salive, vomissures, sperme…) d'une personne contaminée. Les personnes contaminées par le virus de Marburg connaissent très rapidement une forte fièvre, suivie de diarrhée, vomissements et hémorragies sévères. Pour le moment, il n'existe ni traitement spécifique ni vaccin, d'après l'OMS qui précise que la prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

(Extrait sonore : Dr Ibrahima Socé Fall, Directeur régional pour les situations d'urgence au Bureau régional de l'Afrique à OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
24/11/2017
Loading the player ...