L'OMS publie de nouvelles lignes directrices pour lutter contre le surpoids et l’obésité

Écouter /

Un bébé assis dans une poussette est nourri par sa mère dans le parc d'attractions de Disney World à Orlando, en Floride (1997). L'obésité est un problème important en matière de nutrition aux États-Unis. Photo: UNICEF / Toutounji

Dans le cadre de sa réponse au fléau mondial de l’obésité, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mercredi des lignes directrices pour aider les agents de soins de santé primaire à identifier et aider les enfants en surpoids ou obèses.

En 2016, environ 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient touchés par le surpoids ou l’obésité. Sans traitement efficace, ils risquent de demeurer en situation de surpoids et d’obésité tout au long de leur vie. Ils peuvent alors être confrontés à des maladies cardiovasculaires, au diabète, à des décès prématurés et de souffrir des conséquences physiques et psychologiques de ce fléau au cours de leur enfance.

Une épidémie qui touche toutes les régions

Les lignes directrices publiées par l’OMS font partie d’un effort concerté pour combattre le fléau mondial de l’obésité, y compris chez les enfants. Et selon Dr Francesco Branca, directeur du Département de la nutrition et du développement de l’OMS sans ces mesures, les enfants vulnérables sont confrontés à un risque accru de maladies mortelles en tant jeunes ou plus tard dans leur vie.

L’obésité est un fléau qui touche toutes les régions du monde. Elle augmente plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. En 2016, la moitié de tous les enfants en surpoids ou obèses vivaient en Asie et un quart vivaient en Afrique.

Paradoxalement, le surpoids et l’obésité sont fréquents parmi les populations où la sous-alimentation reste courante, le terme ‘double fardeau de la malnutrition’ étant souvent utilisé pour décrire ces situations.

Les agents de santé devraient évaluer les enfants en surpoids ou en obésité.

L’OMS recommande que tous les nourrissons et enfants âgés de moins de 5 ans qui se présentent aux établissements de soins de santé primaires soient pesés et mesurés afin de déterminer leur rapport poids/taille et leur état nutritionnel selon les normes de croissance de l’enfant définies par l’Organisation. Comparer le poids d’un enfant avec les normes pour sa longueur ou sa taille est un moyen efficace d’évaluer à la fois la perte de croissance et le surpoids, souligne l’OMS.

Lorsque les nourrissons et les enfants sont identifiés comme étant en surpoids, l’OMS recommande de fournir aux parents et au personnel soignant des conseils sur la nutrition et l’activité physique. Cela comprend notamment la promotion et l’appui à l’allaitement maternel exclusif au cours des 6 premiers mois et à l’allaitement maternel jusqu’à 24 mois ou plus.

Si les enfants sont obèses, ils devraient faire l’objet d’une évaluation plus poussée et un plan de gestion approprié devrait être mis en place. Cela peut être fait par un agent de soins de santé primaire, s’il est formé de manière adéquate, ou dans une clinique de référence ou dans un hôpital local.

Perte et retard de croissance : des facteurs de risque de surpoids et d’obésité

Une perte et un retard de croissance modérés sont également des facteurs de risques potentiels de surpoids ou d’obésité pour les enfants. Jusqu’à ce qu’il y ait des preuves plus définitives, l’OMS recommande de ne pas donner des aliments complémentaires de façon régulière aux enfants qui subissent une perte et un retard de croissance modérés afin d’éviter d’augmenter le risque de surpoids et d’obésité.

Les lignes directrices publiées par l’OMS aident les États membres et leurs partenaires à prendre des décisions fondées sur des données probantes concernant l’évaluation et la gestion du surpoids et de l’obésité des enfants dans les établissements de soins de santé primaires.

Dans une perspective globale, ces lignes directrices visent également à soutenir leurs efforts pour atteindre les Objectifs de développement durable, les cibles mondiales fixés par Plan de mise en œuvre complet sur la nutrition maternelle, infantile et jeunesse, et la Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents pour la période 2016-2030.

(Interview: Francesco Branca, directeur du Département de la nutrition et du développement de l’OMS; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
24/11/2017
Loading the player ...