Journée pour l’élimination de la pauvreté : apprendre à vivre ensemble et à se regarder

Écouter /

“Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré.” –Père Joseph Wresinski   Réplique de la dalle posée à Paris en 1987 au parvis de Trocadéro, offerte par la France aux Nations Unies en 1996. (Photo: ONU/C.Silveiro)

Retour sur la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté qui a eu lieu à l'ONU mardi, avec le témoignage de la Directrice générale adjointe du Mouvement ATD quart monde, Martine Le Corre.

Pour sa 25ème édition, la Journée a rappelé cette année l'appel lancé par le Père Joseph Wresinski sur la parvis du Trocadéro le 17 octobre 1987.

La Journée a été placée sous le thème «Répondre à l’appel du 17 octobre pour éliminer la pauvreté : une voie vers des sociétés pacifiques et inclusives », un thème qui souligne l’importance de la dignité, de la solidarité et la nécessité d'entendre les personnes les plus défavorisées.

Martine Le Corre était sur le parvis lorsque le Père Wresinski a lancé son appel à l’action en faveur des victimes de la misère.

“C’était pour nous une journée incroyable on a eu cette sensation d’etre revelee au monde ce jour là et c’est rester pour nous une journée très importante”, explique la militante d’ATD quart monde depuis plus de 40 ans.

La défenseure des droits de l'homme revient sur ce moment clef dans la reconnaissance des droits des personnes qui affrontent la misère ainsi que sur l'importance de pouvoir marquer cette Journée 30 ans plus tard à l'ONU, afin de construire un partenariat avec les hauts fonctionnaires de l'ONU pour mieux comprendre et mettre fin à la misère.

(Interview : Martine Le Corre, Directrice générale adjointe d'ATD quart monde ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
21/11/2017
Loading the player ...