Iraq: la FAO lance une campagne de santé animale d'urgence dans l’ancienne zone de Mossoul tenue par Daech

Écouter /

Les bêtes pourraient porter des maladies hautement contagieuses capables de se propager rapidement au-delà des frontières nationales, avec le risque de contaminer d'autres troupeaux et personnes.

La FAO a lancé une campagne de santé animale d’urgence dans la région de Mossoul, récemment reprise aux mains de l’Etat Islamique (EI). La campagne vise à protéger et à améliorer les avoirs des 210 000 personnes vivant dans le gouvernorat de Ninewa – dont Mossoul est la capitale- et qui dépendent de l’élevage bovin pour se nourrir et tirer leurs revenus. Il s’agit notamment de vacciner près d’un million de moutons, chèvres, vaches et buffles et de fournir 1500 tonnes de nourriture hautement nutritive qui serviront à 60 000 animaux.

La campagne est mise en œuvre en partenariat avec le ministère irakien de l’agriculture et financée en partie par le Fonds humanitaire irakien.

Le gouvernorat de Ninewa a été profondément affecté par les conflits depuis que l’EI a pris le contrôle du centre et du Nord-Ouest de l’Irak en 2014. Plus d’un million de personnes sont toujours déplacées, la majorité d’entre eux demeurant dans le gouvernorat, que ce soit dans les communautés hôtes ou les camps de déplacés. De nombreuses familles ont fui leurs maisons, emmenant avec eux leurs bêtes, mais la plupart n’ont pas été vaccinées depuis que l’EI a repris le contrôle de la zone.

La FAO a exprimé son inquiétude vis-à-vis de ce bétail qui a de grandes chances de porter des maladies hautement contagieuses, qui pourraient rapidement se propager au-delà des frontières nationales et internationales, avec le risque de contaminer d’autres troupeaux et personnes et d’entraîner ainsi des répercussions négatives d’ordre socio-économique et de santé publique.

«Si des mesures ne sont pas prises immédiatement, les effets sur la production animale et la sécurité animale pourraient être dévastateurs», a déclaré M. Fadel El-Zubi, Représentant de la FAO en Irak. «Grâce à cette campagne de santé animale, la FAO a l’intention de contenir et de prévenir les épidémies de maladies à travers le gouvernorat de Ninewa et à travers l’Irak et de stopper la progression de ces maladies vers d’autres pays dela région», a-t-elle ajouté.

L’initiative menée par la FAO est la première campagne de santé animale mise en œuvre dans la région de Mossoul depuis l’arrivée de l’EI en 2014. La FAO envisage de vacciner les animaux se trouvant dans les zones reprises à l’EI en août dernier, contre six maladies : la clavelée et la variole caprine, la brucellose, l’entérotoxémie, la jambe noire, la dermatose nodulaire contagieuse et la fièvre aphteuse.

La FAO travaille avec les partenaires locaux

La FAO travaille à renforcer les capacités du personnel du ministère de l’agriculture, soutient les partenaires qui participent à la mise en œuvre du projet, les vétérinaires et les travailleurs communautaires spécialistes en santé animale et a augmenté les campagnes de sensibilisation auprès des propriétaires de bétail et des membres des communautés afin de protéger les animaux contre les maladies transmissibles et hautement contagieuses qui peuvent rapidement se propager, notamment au-delà des frontières. «Un bétail sain et productif signifie des revenus, de la nourriture et une sécurité financière pour les agriculteurs et leurs familles. La FAO s’est engagée à s’assurer que leurs moyens d’existence soient protégés, à promouvoir leur autonomie et leur dignité et à réduire leur dépendance à l’assistance alimentaire», a déclaré M. El Zubi.

Des années de conflit en Irak ont détruit des récoltes, de l’équipement, des provisions, des bêtes, des semences, des cultures et des stocks alimentaires ou les ont fortement endommagés, laissant 3,2 millions d’irakiens en situation d’insécurité alimentaire. Selon les estimations, à Ninewa, en 2017, 2,7 millions de personnes pourraient avoir besoin d’une assistance humanitaire. Près de 12 millions d’irakiens résident dans les zones rurales et dépendent de l’agriculture pour leurs moyens d’existence. Les bovins, les chèvres et les moutons sont élevés pour leur peau et pour produire de la viande, de la laine et du lait. Après la production agricole, l’élevage animal est le deuxième sous-secteur le plus important en termes de revenus agricoles.

Alors que le gouvernement irakien reprend peu à peu le contrôle des zones du pays, il est nécessaire de réhabiliter les infrastructures cruciales afin de relancer la production agricole et de rétablir les moyens d’existence. La FAO cherche un financement urgent de 74,5 millions de dollars en vue de venir en aide à 1,39 million de personnes en 2017, par le biais de colis retours (de l’argent, des intrants agricoles et du travail contre rémunération) mais également en réhabilitant les infrastructures agricoles endommagées, en vaccinant et en nourrissant le bétail et en développant les programmes de travail contre rémunération et des activités génératrices de revenus. Le travail de la FAO, en coordination avec le gouvernement irakien, soutient les familles qui ont choisi de retourner dans les villes libérées, les familles de déplacés internes, les communautés hôtes et les réfugiés originaires de la Syrie.

 

La FAO a lancé une campagne de santé animale d’urgence dans la région de Mossoul en Iraq, qui a été récemment reprise au groupe terroriste Daech.

La campagne vise à protéger et valoriser les atoûts de 210 000 personnes qui comptent sur l’élevage du bétail de l’OMS pour l’alimentation et leurs revenus dans le gouvernorat de Ninive – dont Mossoul est la capitale.  La campagne comprend la vaccination de près d’un million de moutons, de chèvres, de bovins et de buffles et la fourniture de 1 500 tonnes d’aliments riches en nutriments pour 60 000 animaux.

La campagne est mise en œuvre en partenariat avec le ministère iraquien de l’agriculture, avec un financement du Fonds humanitaire iraquien.

Le gouvernorat de Ninive a été profondément affecté par les conflits depuis la prise de contrôle par Daech du centre et du nord-ouest de l’Iraq en 2014. Plus d’un million de personnes ont été déplacées, la majorité restant dans les limites du gouvernorat dans des communautés d’accueil ou dans des camps. De nombreuses familles ont fui leurs maisons avec leur bétail, dont la plupart ont été vaccinés depuis que l’EIIL a pris le contrôle de la région.

 

La FAO est en question sont susceptibles d’élevage Ceux-ci portent des maladies épidémiques hautement contagieuses peuvent se propager rapidement que national et international à travers les frontières à d’autres troupeaux et des personnes, ce qui conduit à de graves conséquences sur la santé socio-économique et publique.

 

“Si des mesures immédiates sont prises, les effets sur la production animale et la sécurité alimentaire pourraient être dévastateurs”, a déclaré Fadel El-Zubi, représentant de la FAO en Irak. « Cette campagne de la santé animale, la FAO vise à Contenir EPIDEMIE et prévenir dans Ninawa et à travers l’Irak, et cesser de se propager à d’autres maladies Ces pays de la région. »

L’initiative menée par la FAO est la première campagne de la santé animale globale dans la région de Mossoul depuis l’arrivée de ISIL en 2014. Tout au long du gouvernorat, les parties restantes DEVAIENT Reprens de ISIL en Août de cette année, la FAO prévoit de vacciner les animaux contre six maladies: la variole ovine et caprine, la brucellose, l’entérotoxémie, la jambe noire, la dermatose nodulaire contagieuse et la fièvre aphteuse.

 

La FAO travaille avec des partenaires locaux

 

La FAO renforce la capacité du personnel du ministère de l’Agriculture, de la FAO de mise en œuvre des partenaires, des vétérinaires et des agents de santé animale communautaire, ainsi que la sensibilisation de plus en plus forte hausse parmi les éleveurs et les membres de la communauté pour protéger les animaux contre les maladies hautement contagieuses ou transmissibles qui ont le potentiel de rapidement se propager, y compris à travers les frontières.

«Un élevage sain et productif signifie des revenus, de la nourriture et une sécurité financière pour les agriculteurs et leurs familles», a déclaré El-Zubi. “La FAO est déterminée à assurer la protection des moyens de subsistance, à promouvoir l’autonomie et la dignité de la population et à réduire la dépendance vis-à-vis de l’aide alimentaire”.

 

Des années de conflit en Iraq ont détruit ou endommagé les récoltes, l’équipement, les fournitures, le bétail, les semences, les récoltes et la nourriture stockée; et laissé 3,2 millions d’Irakiens en insécurité alimentaire. On estime qu’en 2017, 2,7 millions de personnes pourraient avoir besoin d’une forme d’aide humanitaire à Ninive seulement. Environ 12 millions d’Irakiens vivent dans les zones rurales et dépendent de l’agriculture pour leur subsistance. Les bovins, les chèvres et les moutons sont élevés pour la production de viande, de laine, de lait et de peau. Après la production végétale, le bétail est le deuxième plus grand sous-secteur fournissant des revenus agricoles.

 

Alors que le gouvernement irakien reprend le contrôle de plus de zones, l’effort majeur est nécessaire pour réhabiliter les infrastructures critiques afin que la production agricole puisse reprendre et que les moyens de subsistance puissent être restaurés. La FAO recherche un financement urgent de 74,5 millions de dollars pour aider 1,39 million de personnes en 2017, grâce à des paquets de retour (argent polyvalent, intrants agricoles et argent contre travail), réhabiliter les infrastructures agricoles endommagées, vacciner et nourrir le bétail et développer l’argent contre travail. et d’autres activités génératrices de revenus. Le travail de la FAO, en coordination avec le gouvernement irakien, soutient les familles qui retournent dans les zones retapées, les familles déplacées, les communautés d’accueil et les réfugiés syriens.

(Extait sonore : Paul Schlunke, Coordonnateur des interventions d’urgence de la FAO  en Iraq; propos recueillis par Murielle Sarr, FAO)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/11/2017
Loading the player ...