Crise des réfugiés Rohingyas : une conférence de donateurs le 23 octobre à Genève

Écouter /

Une réfugiée rohingya tient dans les bras son fils de 10 mois, dans le camp de réfugiés de Kutupalong, au Bangladesh (photo: HCR / Paula Bronstein).

Une conférence des donateurs sur la crise des réfugiés rohingyas aura lieu le 23 octobre prochain à Genève. Selon le nouveau Chef des affaires humanitaires à l'ONU, ce rendez-vous sera l'occasion pour les Nations Unies, les organisations humanitaires et les pays donateurs de pouvoir accroître davantage l'aide apportée aux réfugiés fuyant les violences au Myanmar. « Nous voulons être prêt s'il y a un nouvel exode », a déclaré Mark Lowcock, lors d'un point de presse ce vendredi à Genève. Le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) s'attend à lancer un appel de fonds tournant autour de 434 millions de dollars américain pour augmenter le dispositif des humanitaires à Cox's Bazar au Bangladesh.

 

Le Chef des affaires humanitaires à l'ONU a jugé « inacceptable » le manque d'accès des humanitaires dans l'Etat Rakhine. De retour d'une visite à Cox's Bazar au Bangladesh, Mark Lowcock a ainsi plaidé pour « un accès sans entraves ». D'autant que selon le patron du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), ce qui se passe à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh est juste un drame humain et une crise de réfugiés.  Au total, quelque 515.000 réfugiés ont déjà fui les violences depuis le 25 août et les humanitaires doivent faire face à un aux difficultés liées à l'afflux des réfugiés.

D'ailleurs, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 100.000 Rohingyas seraient en train d'attendre dans la ville de Buthidaung, dans le nord de l'Etat Rakhine, pour se réfugier au Bangladesh. « Près de 2.000 réfugiés continuent à arriver chaque jour », a fait remarquer le porte-parole de l'OIM, Joel Millman.

En attendant, les organismes continuent de recevoir des témoignages des réfugiés rohingyas. Lors de sa visite sur le terrain, M. Lowcock a ainsi rencontré des femmes qui lui ont dit avoir été contraintes de regarder leurs proches être victimes de violences. D'autres ont dit avoir subi des viols.

Face à cette crise humanitaire, les organismes onusiens ont distribué depuis plus d'un mois, de la nourriture pour 9 millions de personnes et établi des abris pour 150.000 personnes. Le gouvernement du Bangladesh a récemment ouvert d'importants sites supplémentaires pour accueillir ce qui va devenir « le plus grand camp de réfugiés au monde », avec près de 700.000 personnes, a précisé l'OIM. Mais près de 222.000 ont besoin d'urgence de nourriture.

Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui craint une éventuelle épidémie de choléra dans les camps qui accueillent les réfugiés au Bangladesh, a annoncé pour sa part que les vaccins anticholériques devaient arriver samedi.  La campagne de vaccination démarrera quant à elle le 10 octobre, a spécifié un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

En conclusion, le Chef du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) a indiqué qu'une équipe de l'ONU de « haut niveau » devrait pouvoir se rendre sur place « dans les prochains jours » au Myanmar.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/11/2017
Loading the player ...