UNGA 72 : la situation sécuritaire en RCA représente un danger pour toute la sous-région, avertit le Président Touadera

Écouter /

Le Président Faustin Archange Touadera lors d’un point de presse en marge du 72ème débat l’Assemblée générale. (Photo: ONU/Ariana Lindquist)

Le problème actuellement en République centrafricaine (RCA) est sécuritaire, a affirmé le Président du pays à l'issue de son intervention à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies vendredi, lors d’une interview accordée à ONU Info.

Après avoir cité les nombreuses avancées enregistrées dans son pays, tant au niveau politique, sécuritaire qu'économique, Faustin Archange Touadera a expliqué que depuis sa prise de fonction, le départ des forces Sangaris, des contingents des deux Congos de la MINUSCA, et du contingent conjoint américain et ougandais qui luttait contre la LRA, ont provoqué un “vide” dans le pays.

Aussi la transhumance et les zones d'or et de diamants font la convoitise des groupes armés et des bandits, a également expliqué le Président centrafricain.

Selon le dirigeant centrafricain avec un peu d'aide le pays sortira de cette crise car « tous les ingrédients sont là pour sortir de la crise ».

« Par contre », avertit le Président, « si la communauté internationale traine un peu des pieds il y a un risque, parce que la prédation attire l'ensemble des forces du mal de toute la sous-région : au Soudan du Sud il y a des combats, au Darfour il y a des situations difficiles, au nord il y a le Boko Haram, et avec ce qui s'est passé en Libye il y a des armes qui circulent ».

« Il y a un risque de jonction de l'Est à l'Ouest des forces du mal » a affirmé Faustin Archange Touadera, soulignant que « si ça bascule c'est toute la région qui va se trouver dans une situation difficile ».

Ce sont autant de raisons pour lesquelles la RCA a demandé un renforcement de l'appui de la communauté internationale et notamment au Conseil de sécurité, à l'approche du renouvellement du mandat de la MINUSCA, la Mission des Nations Unies dans le pays.

Faustin Archange Touadera souhaiterait notamment  voir un renforcement des dispositifs militaire de la MINUSCA afin qu'elles puissent combler les vides laissés par les forces qui sont parties, de façon temporairement,  jusqu’à ce que les forces nationales puissent assurer l'ensemble du territoire; un assouplissement des sanctions pour le pays puisse équiper ses forces armées,  mais aussi, que  la mandat de la mission soit rendu plus robuste pour que ses Casques bleus puissent protéger les zones de ressources minières, qui attirent les groupes armés et font proliférer les armes dans le pays.

(Interview : Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...