UNGA 72 : la RDC demande le “redimensionnement” de la MONUSCO

Écouter /

Joseph Kabila, Président de la République démocratique du Congo, devant l’Assemblée générale. (Photo: ONU/Cia Pak)

Le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, s’est félicité samedi d’une amélioration significative de la situation au Kasaï, une région du centre du pays en proie à des troubles depuis plus d’un an.

« Depuis une année, mon pays est victime d’attaques terroristes menées par certains groupes armés, notamment dans les provinces du Kasaï, voire dans la capitale, et dont l’objectif est d’anéantir la paix si chèrement acquise, de contrarier la dynamique des solutions consensuelles obtenues au niveau national et de miner nos efforts de développement », a dit Joseph Kabila dans un discours au débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’Organisation à New York.

« Dans le Kasaï, une milice mystico-tribale se servant de la population civile, dont des enfants comme bouclier humain et s’attaquant aux personnes et aux édifices publics qui symbolisent l’autorité de l’Etat, a ainsi semé la terreur, procédant notamment à la décapitation d’agents de l’ordre, d’agents de la Commission électorale nationale indépendante, ainsi que des autorités administratives et coutumières », a-t-il ajouté.

Le Président de la RDC a rappelé que c’est dans ces circonstances que deux experts des Nations Unies, Michel Sharp et Zaïda Catalán, ont été assassinés fin mars au Kasaï en même temps que leur interprète.

« Notre détermination est de faire en sorte que la lumière sur les circonstances exactes de ce crime soit clarifiée afin que cet acte ignoble, ainsi que ceux dont nos compatriotes ont été victimes, ne restent pas impunis », a dit le dirigeant congolais. « C’est le sens des procès publics ouverts depuis plusieurs semaines, après l’arrestation de la plupart des suspects présumés coupables ».

Sur le plan électoral, même si les « défis demeurent énormes », le Président Kabila s'est félicité des avancées, dont le fait que plus de 42 millions d’électeurs, sur les 45 millions projetés, ont déjà été enrôlés, ou que le calendrier électoral devrait pouvoir être publié prochainement.

« Vu toutes ces avancées, j’affirme que le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est définitivement fixé et que notre marche dans cette direction est irréversible » a déclaré Joseph Kabila.

Le dirigeant de la RDC a enfin évoqué le départ de la force onusienne de son territoire, remettant en question leur efficacité.

« II est clair que près de vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir l'ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constates. Ce qui nous importe et qui devrait être important aux yeux de tous ceux qui tiennent à la crédibilité de notre Organisation, c’est l'efficacité effective de I 'apport des troupes onusiennes sur le terrain. Voilà pourquoi, depuis plusieurs années, nous exigeons le redimensionnement de la force de la MONUSCO au regard de missions devenues dynamiques et la réorientation des moyens ainsi dégagés vers la satisfaction de nos besoins de développement », a affirmé Joseph Kabila.

 

(Extrait sonore : Joseph Kabila, Président de la RDC)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...