UNGA 72: la menace des armes nucléaires au coeur du débat général

Écouter /

Le Secrétaire exécutif du Comité préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), le Dr Lassina Zero, lors d’une conférence de presse en marge du débat général de l’ONU.(Photo: ONU/Kim Haughton)

Avec l’intensification  récente de la crise dans la péninsule coréenne, la menace des armes nucléaires a été l’un thème centraux de la 72eme session du débat de haut niveau de l’Assemblée générale cette semaine, figurant tant dans les interventions des pays membres a la tribune qu’au cœur des réunions parallèles, telles la réunion du Conseil de sécurité sur le régime de non-prolifération des armes de destruction massive, l’ouverture à signature du nouveau Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, et la 10eme Conférence pour la facilitation de l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE).

“Cette année nous avons été beaucoup plus sollicités à cause du momentum de l’essai nucléaire annonce par la Corée du nord”, a déclaré lors d’une interview a ONU Info,  le Secrétaire exécutif du Comité préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, Lassina Zerbo.

“Dans le débat général beaucoup de pays ont parlé de l’importance d’une solution diplomatique ou politique dans la péninsule coréenne, et nous disons que l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires mettra fin à toutes velléité de développement d’armes nucléaires passant par des essais”.

En effet, face à  la menace nucléaire et les récents essais nucléaires dans la péninsule nord-coréenne, le Secrétaire exécutif  prône l’entrée en vigueur du TICE et le retour à  la table des négociations.

Aussi le Secrétaire exécutif a affirmé que les sanctions qui se font à  l’encontre de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) depuis 2006, semblent ne pas affecter la Corée du nord.

“Depuis 2006 ils sont passés d’un test tous les 3 ans, a deux test en 2016, et un test sans précèdent en 2017, et pendant que nous avons atteint le niveau 8 des sanctions du Conseil de sécurité” a précisé Lassina Zerbo, soulignant qu’il ne peut y avoir une autre solution qu’une solution politique à la crise dans la péninsule coréenne “sans conséquences dramatique pour les populations”.

Selon lui il faut trouver les moyens de se trouver autour d’une table et pour se faire il faut un leadership “franc et inclusif”.

A ce jour 183 pays ont signé le TICE, dont 166 l’ont également ratifié, dont trois États dotés d’armes nucléaires: la France, la Fédération de Russie et le Royaume-Uni. Mais 44 pays titulaires de technologies nucléaires spécifiques doivent signer et ratifier avant que le CTBT ne puisse entrer en vigueur. Parmi ceux-ci, huit manquent encore: la Chine, l’Egypte, l’Inde, l’Iran, Israël, la Corée du Nord, le Pakistan et les États-Unis. L’Inde, la Corée du Nord et le Pakistan n’ont pas encore signé le CTBT.

“Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires doit être l’un des derniers arguments qui va préparer l’ossature dont le Traite de non-prolifération a besoin et un jour un monde sans armes nucléaires” a conclu Lassina Zerbo.

(Interview : Lassina Zerbo, Secrétaire exécutif du Comité préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/11/2017
Loading the player ...