#UNGA 72 : en route pour un pacte mondial sur les droits de l'environnement

Écouter /

Le Président français Emmanuel Macron a présidé mardi 20 septembre le Sommet sur le Pacte mondial pour l'environnement, en marge du débat de l’Assemblée générale. (Photo: France ONU)

Après les deux Pactes négociés à l'ONU en 1966, sur les droits civils et politiques, et sur les droits économiques, sociaux et culturels, le moment est venu de disposer d’un Pacte sur les droits de l'environnement, a affirmé lundi Laurent Fabius à l'issue du Sommet sur le Pacte mondial pour l'environnement, organisé par la France.

« Les questions de l'environnement sont devenues absolument majeures, ce sont des questions qui sont transversales et il faut agir vite », a-t-il ajouté au micro d'ONU Info.

Selon le haut responsable français, il s'agit de reprendre les principes de droits qui font consensus dans le monde entier et de les exprimer dans un texte multilatéral qui aura une valeur juridique pour tous les pays signataires.

« Concrètement cela veut dire le principe de précaution, le principe pollueur-payeur, le principe de la participation du public, le principe de l'information au public, le principe des responsabilités communes mais différenciées, toute une série d'éléments » a expliqué Laurent Fabius.

Sommet sur le Pacte mondial pour l'environnement. (Photo: ONU/C.Silveiro)

« L'avantage pour les citoyens c'est que l'environnement va être mieux protégé et qu'ils auront un droit de recours; l'avantage pour les entreprises c'est qu'ils auront un cadre juridique mieux défini; et l'avantage pour les États c'est qu'il y aura une visibilité du droit international de l'environnement ce qui n'est pas le cas aujourd'hui »

Selon Laurent Fabius, la réunion,présidée par le Président Emmanuel Macron et tenue en marge de l'Assemblée générale, a été « absolument positive » et l'initiative du Président français a reçu beaucoup de soutiens.

L'objectif est désormais de discuter des textes d'une manière inclusive et ouverte afin d'arriver à un texte qui puisse être adopté en 2020, sur la base du travail au sein de l'Assemblée générale et du Programme des Nations Unies pour l'environnement, avec la consultation de toutes les nations.

(Extrait sonore : Laurent Fabius, Président du Conseil constitutionnel de la France, ancient Président de la COP 21 sur le climat ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...