Pour le Mali, la dégradation de la situation sécuritaire au Sahel constitue toujours une menace réelle pour la paix

Écouter /

Le Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, lors du débat général de l'Assemblée générale. Photo ONU/Cia Pak

Intervenant mardi à l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président du Mali, Ibrahim Boubakar Keïta est revenu sur les longues négociations qui ont mené à la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger.

Depuis la mise en œuvre de l’accord, assure-t-il, la situation générale a connu des progrès fort appréciables. Il a donné pour exemple que les autorités intérimaires et les collèges transitoires sont opérationnels dans cinq régions du Nord du Mali. Il a aussi pointé le retour de l’administration à Kidal, grâce à l’appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), tout en se préoccupant d’un nouveau front à pacifier au centre du pays.

M. Keita s’est réjoui de l’adoption au Conseil de sécurité de la résolution 2364 du 29 juin 2017, qui a renouvelé le mandat de la MINUSMA, ainsi que la résolution 2374, qui instaure un cadre juridique d’un régime de sanctions contre les auteurs d’actes entravant la mise en œuvre de l’Accord de paix.

Le Président malien a souligné que la dégradation de la situation sécuritaire au Mali et au Sahel continue à représenter une menace réelle pour la paix et la sécurité internationales. Et de pointer le terrorisme, l’extrémisme violent, le trafic de drogues, d’armes et de personnes, orchestrés par des groupes du crime organisé qui disposent de moyens financiers, matériels et logistiques importants.

« Aucun pays ne peut, seul, faire face à ces menaces transfrontalières », a-t-il déclaré en se félicitant de la création du G5 Sahel, réunissant le Mali, le Burkina-Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le G5 Sahel a notamment mis en place une Force conjointe, dont les premières opérations devraient débuter en octobre 2017.

M. Keita a attiré cependant l’attention sur la question du financement durable de cette Force, et invité les pays amis et organisations internationales à la Conférence internationale de planification des contributions à la Force, le 16 décembre 2017 à Bruxelles. Il aussi appelé à un soutien dans les domaines de l’équipement des bataillons, du renforcement des capacités logistiques, des communications, de l’évacuation médicale d’urgence et de la lutte contre les engins explosifs improvisés.

La préservation de la planète comme priorité

Devant l’Assemblée générale, M. Keita a réaffirmé l’engagement du Mali à mettre en œuvre les Objectifs du développement durable. Il a assuré l’attachement de son pays à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat. Concernant les défis de santé publique, le Président malien a appelé à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre la Déclaration politique sur l’élimination du sida à l’horizon 2030.

Sur la question des migrations, M. Keita souhaite qu’on mette un terme immédiat au plus grand scandale du 21ème siècle, les cimetières de migrants en Méditerranée, et a souligné que le Mali appuie pleinement l’adoption, en 2018, d’un Pacte mondial pour les migrations. Le chef de l’Etat malien a également appelé à un règlement durable de la crise libyenne qui impacte négativement le Sahel.

Enfin, M. Keita partage la conviction qu’il faut adapter la gouvernance mondiale aux défis du moment, en particulier les opérations de maintien de la paix, dont la réduction des budgets le préoccupe. Il a aussi réaffirmé son attachement à la position commune africaine sur la réforme du Conseil de sécurité et a salué la dynamique de renforcement du partenariat stratégique entre l’Union africaine et les Nations Unies.

(Extrait sonore : Ibrahim Boubakar Keïta, Président du Mali)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...