L'ONU intensifie son pont aérien humanitaire pour les réfugiés rohingyas au Bangladesh

Écouter /

Un garçon s'accroche à de l'assistance du HCR qui doit être distribuée dans le camp de réfugiés de Kutupalong, au Bangladesh. (Photo ©HCR/Paula Bronstein)

Les Nations Unies intensifient leur aide aux réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar depuis la fin du mois d'août pour se réfugier au Bangladesh. Selon le porte-parole à Genève du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Christophe Boulierac, le principal défi est actuellement de protéger les enfants déjà vulnérables.

L'UNICEF essaie de protéger les enfants et s'inquiète notamment des risques de mariages précoces pour les Rohingyas séparés de leurs familles.

Plus de 250 000 enfants sont arrivés à Cox’s Bazar depuis le 25 août 2017. Les besoins dans les colonies de fortune sont très élevés et en constante augmentation; la souffrance des familles et des enfants est très importante.

L’UNICEF a instauré un flux constant de fournitures. Des camions de fournitures achetés localement ou à l’étranger sont arrivés de la capitale, Dakha. Un vol contenant des fournitures a atterri à Dakar le 24 septembre et la distribution de ces fournitures a commencé dans Cox’s Bazar. Le premier envoi du vol d’approvisionnement d’urgence de l’UNICEF avait transporté 100 tonnes de fournitures en provenance de Copenhague, y compris des comprimés d’épuration de l’eau, des trousses d’hygiène familiale, des matériaux sanitaires, des bâches en plastique et des trousses récréatives pour enfants. Le deuxième vol devait arriver au cours de la semaine en cours et apportera des cartables, du matériel éducatif, des tentes, des trousses d’hygiène familiale, des bâches, des fournitures de vaccination et des fournitures nutritionnelles.

L’UNICEF a oeuvre à envoyer des fournitures d’eau et d’hygiène. Les familles et les enfants qui arrivent au Bangladesh ont d’abord cherché un endroit pour s’établir en construisant des abris de fortune avec des bambous et des bâches. Les enfants ont un besoin immédiat d’eau potable.

Le Gouvernement du Bangladesh, avec l’UNICEF et ses partenaires, a lancé une campagne de vaccination contre la rougeole, la rubéole et la polio, visant 150 000 enfants de moins de 15 ans, y compris la vaccination de 50 000 enfants de moins de 5 ans pour la poliomyélite.

Le gouvernement a récemment mis en place 29 cliniques supplémentaires, dont 7 cliniques mobiles et 22 cliniques fixes. L’UNICEF a fourni des vaccins et des seringues. Le Fonds élargit également sa réponse à l’assainissement de l’eau afin d’empêcher une crise humanitaire de devenir une catastrophe humanitaire. Il y a aussi un risque de choléra. L’UNICEF et ses partenaires fournissent actuellement 70 000 litres d’eau potable par jour. A partir de la semaine prochaine, il fournira 100 000 litres par jour. Au total, 150 pompes à main ont été installées et 35 puits de profondeur ont été construits dans les camps.

Par ailleurs, un avion affrété par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et chargé de 100 tonnes de matériels a atterri à Dhaka ce mardi, a indiqué le HCR dans un communiqué de presse.

« Nous continuons notre travail d’identification et de soutien aux réfugiés les plus vulnérables, comme les enfants non accompagnés, les femmes, les personnes âgées et les personnes handicapées, qui ont un besoin urgent d’abris, de nourriture, d’eau et de soins de santé », a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse mardi à Genève.

L’avion arrivé ce mardi, le quatrième, était chargé uniquement de matériaux d’abri « étant donné que les besoins d’hébergement dans le sud-est du Bangladesh sont urgents », a-t-il détaillé, précisant que deux autres vols sont programmés.

M. Edwards a noté que la population des camps de Kutupalong et de Nyapara ayant doublé, il en allait de même pour les besoins en eau potable. « Au cours des dernières semaines, nous avons construit 7 autres puits d’eau profonde, 13 puits peu profonds, et 116 latrines dans les deux camps », a-t-il dit.

La semaine dernière, le HCR a distribué des trousses d’hygiène à environ 1.900 femmes, et chaque jour environ 9.900 personnes ont reçu des repas dans des cuisines communautaires.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a de son côté inscrit 460.000 personnes dans un programme de distribution de riz (25 kg par personne, tous les quinze jours, pour les six prochains mois), et distribué des barres protéinées à 200.000 personnes. L’agence onusienne a besoin de 72,2 millions de dollars pour mener à bien sa mission au Bangladesh durant les six prochains mois.

Particulièrement inquiet de l’état de malnutrition des populations vulnérables, comme les femmes et des enfants, après un long voyage et des conditions d’hébergement précaires, le PAM a distribué 60.000 doses d’un porridge à base soja, SuperCereal Plus, aux familles avec jeunes enfants, aux femmes enceintes ou aux femmes qui allaitent.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a financé la construction d’une « salle de contrôle » pour coordonner les opérations du ministère de la Santé bangladais dans la ville de Cox’s Bazar, autour de laquelle ont trouvé refuge un grand nombre de réfugiés rohingyas. Son rôle sera d’évaluer la situation sanitaire, de donner l’alerte en cas d’épidémie, et de coordonner l’action des travailleurs humanitaires sur le terrain.

Pour leur part, sept experts des Nations Unies sur les droits de l’homme ont appelé mardi le gouvernement du Myanmar à « stopper les persécutions » contre la minorité musulmane rohingya. Ces persécutions ont été qualifiées d’exemple de « nettoyage ethnique » par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
21/11/2017
Loading the player ...