Genève : une haute responsable de l'ONU appelle à une sortie de l'impasse de la Conférence du désarmement

Écouter /

Mme Izumi Nakamitsu, Haut-Représentante pour les affaires de désarmement de l'ONU (deuxième à gauche) devant la Conférence du désarmement à Genève (Photo: compte twitter de l’ONU à Genève).

La Conférence du désarmement a tenu ce matin une séance publique au cours de laquelle elle a entendu l'allocution de la Haute-Représentante pour les affaires de désarmement des Nations Unies. Dans son allocution, Mme Izumi Nakamitsu a rappelé que le Secrétaire général avait fermement condamné l'essai nucléaire réalisé par la République populaire démocratique de Corée le 3 septembre, estimant qu'il compromettait les efforts internationaux de désarmement et de non-prolifération. Par ailleurs, la Secrétaire générale adjointe chargée du Bureau des affaires de désarmement est revenue sur l'impasse dans laquelle se trouve la Conférence du désarmement, estimant que les conditions nécessaires à la reprise des travaux de fond sont réunies et il ne manquait que la volonté politique.

Selon la Haute-Représentante pour les affaires de désarmement des Nations Unies, la situation de blocage dans laquelle se trouve la Conférence du désarmement depuis vingt ans n'est pas inéluctable. A cet égard, Mme Nakamitsu a constaté avec regret que le groupe de travail chargé sur les perspectives d'avenir, créé cette année, n'avait pu se mettre d'accord sur des recommandations. Elle a donc demandé aux États membres de se déterminer sur leur volonté de préserver la Conférence grâce au compromis et à la recherche du consensus, ou au contraire de chercher au sein d'autres mécanismes des réponses aux priorités en matière de désarmement. Une façon pour la haute responsable onusienne d'inviter les États à s'engager fortement pour la coopération internationale et avoir une véritable vision du renforcement du multilatéralisme dans le monde multipolaire actuel.

La Secrétaire générale adjointe chargée du Bureau des affaires de désarmement a d'ailleurs la déclaration faite par le Secrétaire général au début de la session 2017 de la Conférence. Antonio Guterres avait insisté sur la montée des tensions internationales et le recours à des mots dangereux s'agissant du recours aux armes nucléaires. Au terme de la session, ces paroles n'ont rien perdu de leur actualité, a déclaré Mme Nakamitsu qui ajouté que cette situation inquiétante donnerait quelque urgence aux travaux de la Conférence et lui donnerait un nouvel élan en tant que mécanisme d'avant-garde dans l'architecture du désarmement des Nations Unies.

Finalement au terme du débat avec les États membres dominé par les essais nucléaires de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), la Haute- Représentante les a assurés du soutien du Secrétariat des Nations Unies dans cet effort pour ramener la Conférence à son mandat de fond. Les conditions nécessaires à la réalisation de cet effort sont réunies : il ne manque à la Conférence du désarmement que la volonté politique d'aller de l'avant, a conclu Mme Nakamitsu.

(Extrait sonore : Mme Izumi Nakamitsu, Secrétaire générale adjointe et Haut-Représentante pour les affaires de désarmement de l'ONU)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...