Désarmement : les armes légères, un commerce en plein essor

Écouter /

Armes légères et de petit calibre collectées dans le cadre d'un processus de désarmement de l'ONU. Photo ONU/S. Waak

Le commerce légal des armes de petit calibre s'est élevée en 2014 à plus 6 milliards de dollars. Un marché dominé par les États-Unis  avec des exportations de petites armes estimées à 1,1 milliard de dollars, selon le dernier rapport de l'ONG Small Arms Survey sur la transparence et le transfert dans le commerce autorisé de ces armes. Le Rapport a été lancé ce mercredi à Genève au siège du Bureau européen de l'ONU.

 

Le rapport publié ce mercredi à Genève porte sur les chiffres de 2014 et il montre que le commerce mondial des armes de petit calibre est en plein essor.  Côté exportations, les ventes ont atteint au moins six milliards de dollars, en augmentation de 200 millions sur une année. Un marché dominé par les Etats-Unis avec 1,1 milliard de dollars, devant l'Italie (689 millions), le Brésil (591 millions), l'Allemagne (475 millions) et la Corée du Sud (349 millions). Et la présence de Brasilia et Séoul dans ce top 5 témoigne, selon les experts, d'une « évolution dynamique des sources d'approvisionnement de ce marché mondial ».

Pour la première fois en près d'une quinzaine d'années, les importations américaines ont diminué, passant de 2,5 à 2,2 milliards de dollars. Mais Washington reste le principal pays acheteur, devant le Canada, l'Indonésie, l'Arabie saoudite et l'Allemagne. Sur près de quinze ans, le continent américain a rassemblé 40% des importations, devant l'Europe (30%), l'Asie/Pacifique (26%) et l'Afrique (4%).

Par ailleurs, l'Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, la Serbie et le Royaume-Uni sont parmi les exportateurs d'armes légères les plus transparents. « Toutefois, aucun pays ne rend entièrement des comptes sur leurs activités commerciales », ont déploré les chercheurs du « Small Arms Survey ». Il faut juste rappeler que Pyongyang est le seul pays à figurer systématiquement au fond de cet indicateur. Selon le document, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) soutient notamment largement la fabrication d'armes en Afrique subsaharienne. Concernant ce baromètre sur la transparence, la RPDC figure d'ailleurs parmi les Etats les moins coopératifs, selon les chercheurs, aux côtés de l'Iran, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Il faut juste rappeler que le traité sur le commerce des armes, qui réglemente le commerce international des armes classiques – depuis les armes légères jusqu'aux chars de combat, avions de combat et navires de guerre – est entré en vigueur le 24 décembre 2014.

Le « Small arms survey » est un programme de recherche indépendant situé au sein de l'Institut de hautes études internationales et de développement de Genève. Ce rapport a été publié alors que des diplomates se réunissent depuis le lundi 11 septembre à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. La troisième Conférence des États parties au Traité sur le Commerce des Armes (TCA) s'achève vendredi 15 septembre 2017.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...