Aviation civile : le Conseil de sécurité passe en revue les réponses aux menaces terroristes

Écouter /

Fang Liu, Secrétaire générale de l’OACI intervenant devant le Conseil de sécurité lors d’une réunion consacrée aux menaces terrorists sur l’aviation civile(Crédit photo : ONU/Rick Bajornas)

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la question de la sécurité aérienne et les menaces terroristes. Le Conseil a entendu la Secrétaire générale de l'Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Fang Liu a indiqué que depuis sa création en 1944, l’OACI a rempli son rôle central dans le renforcement de l’aviation conformément à la Convention de Chicago sur l’aviation civile internationale. Ce faisant, l'Organisation a mis en œuvre nombre de dispositions contenues dans la résolution 2309 adoptée en 2016 par le Conseil de sécurité relative à la sécurité de l’aviation civile et au rôle de l'OACI.

Fang Liu a rappelé que depuis plus de 70 ans l'OACI a développé de nombreuses normes et pratiques recommandées cruciales pour le transport aérien international. Ce faisant, l'OACI a contribué à la mise en œuvre de la résolution 2309 (2016) par le Conseil de sécurité, premier texte des quinze axé sur la sécurité de l’aviation civile. Ainsi, la Déclaration de contexte de risque a été mise à jour en fonction des dernières informations sur les menaces terroristes.

La Secrétaire générale de l'OACI a souligné, par ailleurs, qu'un accent accru a été placé sur la sécurité terrestre, la détection des explosifs et la cybersécurité. De plus, la création d’un atelier de gestion des risques va aider les États à produire leurs propres évaluations.

En outre, l’adoption en 2017 de la norme d'information avancée sur les passagers, qui entrera en vigueur le 23 octobre, rendra plus difficile le déplacement des combattants terroristes étrangers.

Enfin, en novembre le Conseil de l'OACI devrait adopter le nouveau Plan mondial de sécurité de l’aviation qui met l’accent sur la menace terroriste. L’objectif principal du plan reflète celui de la résolution 2309. Il vise à améliorer l’efficacité et la durabilité des dispositions mondiales et l'application durable de mesures préventives.

Mme Liu a précisé que Plan créait, en outre, un mécanisme permettant aux États de formuler une demande d’assistance de manière confidentielle. Elle a exhorté les Etats à appuyer ce Plan, y compris par des contributions financières, avant d’appeler le Conseil à faciliter son application par tous les Etats membres. « Je reste confiante que, par le biais de notre coopération, nous réussirons à réduire le risque d’un acte malveillant contre les avions civils », a-t-elle dit.

De son côté, le Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1373 (2001) concernant la lutte antiterroriste (CTC), Amr Abdellatif Aboulatta, a plaidé pour le renforcement des capacités des États. « De nombreux États n’ont pas suffisamment de capacités ni de ressources pour mettre en œuvre de manière efficace les mesures de sécurité », a-t-il dit. Il a aussi demandé une meilleure protection des installations terrestres des aéroports, en rappelant les attaques contre les aéroports de Fort Lauderdale, en 2017, et de Bruxelles et d’Istanbul, en 2016.

Surtout, M. Aboulatta a demandé le renforcement du système de renseignements préalables concernant les voyageurs. « Seuls 57 États ont mis en place un tel système, ce qui représente une énorme faille en matière de sécurité », a prévenu le Président du Comité.

La menace posée par les engins explosifs improvisés, contenus dans des systèmes électroniques portatifs, a également été abordée, notamment par Mme Liu, qui a souligné qu’elle n’était pas nouvelle, en rappelant le crash en 1988 de l’avion de la Pan Am au-dessus du village écossais de Lockerbie. Des nouvelles procédures de contrôle, plus détaillées, spécifiques à ces engins explosifs, ont été incluses dans un projet d’amendement à la Convention relative à l’aviation civile internationale, dite Convention de Chicago, a-t-elle dit.

La Secrétaire générale de l'OACI a insisté sur la nécessité pour les États Membres de s'approprier ces outils, de les mettre en œuvre et d'assurer le financement.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
24/11/2017
Loading the player ...