Antonio Guterres : « Les inégalités croissantes minent les fondements de la société et le contrat social »

Écouter /

Le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres lors d’un point de presse à l’ONU. (Photo: ONU/Mark Garten)

Vous trouverez ci-joint la partie en langue française du discours de présentation du Rapport sur l'état de l'Organisation prononcé le mardi 19 septembre 2017, à New York, par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, en préambule au débat général de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Mesdames et Messieurs,

Les inégalités croissantes minent les fondements de la société et le contrat social.

L'intégratio n des économies mondiales, l'expansion du commerce et les avancées technologiques spectaculaires ont apporté des bienfaits remarquables.

Plus de personnes se sont extirpées de la pauvreté extrême que jamais auparavant. La classe moyenne mondiale est aussi plus importante que jamais et davantage de personnes vivent plus longtemps et en meilleure santé.

Mais les progrès ne sont pas équitables. Nous voyons des disparités criantes dans les revenus, l'égalité des chances et l'accès aux résultats de la recherche et de l'innovation.

Huit hommes représentent autant de richesses mondiales que la moitié de l'ensemble de l'humanité.

Des régions, des pays et des communautés entiers restent loin des vagues de progrès et de croissance livrés à eux-mêmes dans les « Rust Belts » de notre monde.

Et cette exclusion a un prix : frustration, aliénation, instabilité.

Mais nous avons un plan visant à changer de cap et parvenir à une mondialisation équitable.

Ce plan, est le Programme 2030.

Mesdames et Messieurs,

La moitié de notre monde est de sexe féminin.

La moitié de notre monde a moins de 25 ans.

Nous ne pouvons pas atteindre les objectifs de développement durable sans tirer parti du pouvoir des femmes et nous appuyer sur l'énorme énergie des jeunes.

Et nous savons à quelle vitesse peut s'opérer la transformation de nous jours.

Nous savons qu'avec une richesse et des actifs mondiaux équivalant à des milliards, nous ne sommes pas en manque de financement.

Trouvons la sagesse d'utiliser les outils, les plans et les ressources déjà entre nos mains pour parvenir à un développement durable et bénéfique à tous – un objectif en soi mais aussi notre meilleur instrument de prévention des conflits.

Mesdames et Messieurs,

Le côté obscur de l'innovation constitue la sixième menace que nous devons affronter, et il est passé de la frontière à la porte d'entrée.

La technologie continuera d'être au cœur des progrès partagés. Mais, l'innovation, aussi essentielle soit-elle pour l'humanité, peut avoir des conséquences imprévues.

Les menaces liées à la cybersécurité s'accentuent.

La guerre cybernétique devient de moins en moins une réalité cachée. Elle est de plus en plus capable de perturber les relations entre États et de détruire certains systèmes et structures de la vie moderne.

Les progrès dans le cyberespace peuvent certes autonomiser les personnes, mais ce que l'on appelle la « Dark Web » montre que certains utilisent ce potentiel pour nuire et asservir.

L'intelligence artificielle est une nouvelle donnée qui peut stimuler le développement et améliorer les conditions de vie de façon spectaculaire. Mais elle peut aussi avoir un effet dramatique sur le marché du travail et, en fait, sur la société mondiale et sur le tissu social même.

Le génie génétique est passé des pages de la science-fiction aux marchés, mais il a engendré de nouveaux dilemmes éthiques non résolus.

A moins qu'elles ne soient traitées de manière responsable, ces avancées pourraient causer des dommages incalculables.

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/11/2017
Loading the player ...