Alpha Condé : l'Afrique déterminée à prendre son destin en main

Écouter /

Le Président de la Guinée et Président en exercice de l’UA s’adresse à la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies (Crédit : photo ONU/Cia Pak)

A l'ouverture de la 72ème session l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président de la Guinée et de l'Union africaine (UA), Alpha Condé, a rappelé la détermination de l'Afrique à prendre son destin en main tout en soulignant l'interdépendance des défis.

Le Président de l'UA a exhorté les Nations Unies à soutenir le règlement des conflits en Libye, en République centrafricaine (RCA), en République démocratique du Congo (RDC) et au Burundi. Un appel doublé d'un plaidoyer en faveur d'une réforme du Conseil de sécurité et de l'ONU.

« Nous encourageons l'élan de réforme engagé par vous, M. Guterres, notamment la restructuration de l'architecture de paix et de sécurité, tout en rappelant qu'une réforme globale de l'ONU, pour qu'elle soit viable et effective, doit être inclusive de tous les États Membres qui doivent pouvoir apporter leurs contributions, à travers les processus intergouvernementaux dédiés, » a souligné le Président de l'Organisation panafricaine.

S'agissant du terrorisme et de l'extrémisme violent, l'Union Africaine condamne avec la plus grande fermeté les actes barbares commis dans plusieurs pays, a-t-il ajouté.

Alpha Condé a fait valoir que le Conseil de sécurité des Nations Unies qui a la responsabilité primaire du maintien de la paix et de la sécurité dans le monde, ne reflète plus les réalités actuelles. « Comment comprendre que l'Afrique qui constitue la 3ème puissance démographique du monde ne soit pas représentée à un niveau approprié au sein du Conseil de sécurité, alors que 70% des questions y débattues concernent l'Afrique, » s'est-il interrogé? Avant d'ajouter que « Il est temps de réparer cette injustice qui n'a que trop duré. Nous réitérons la pertinence de la position commune africaine telle que contenue dans le Consensus d'Ezulwini.»

Par ailleurs, le Président guinéen a estimé que l'interdépendance des défis auxquels l'humanité est confrontée impose un changement de paradigme dans nos perceptions et actions, notamment en ce qui concerne l'Afrique dont les priorités doivent être appréhendées non par empathie, mais plutôt par pragmatisme, car il n'y a plus de destin isolé dans ce monde.

(Extrait sonore : Alpha Condé, Président de la Guinée, Président en exercice de l'Union africaine)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...