617 millions d’enfants et d’adolescents dans le monde n’apprenent pas avertit l’UNESCO

Écouter /

Enfants à l’école de Yakité en RCA

Environ 617 millions d’enfants et d’adolescents dans le monde n’atteignent pas le seuil minimal de compétence en lecture et en mathématiques, selon de nouvelles données de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) publiées jeudi.

Selon l’ISU, c’est le signe d’une « crise de l’apprentissage » qui pourrait menacer les progrès en vue de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.

Selon les données, plus de 387 millions d’enfants en âge de fréquenter le primaire (56%) et 230 millions d’adolescents en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire (61%) n’atteindront pas les seuils minimaux de compétence en lecture et en mathématiques.

L’Afrique subsaharienne compte le nombre d’enfants et d’adolescents qui n’apprennent pas le plus important : 202 millions. Dans la région, presque neuf enfants sur dix âgés de 6 à 14 ans n’acquièrent pas les seuils minimaux de compétence en lecture et en mathématiques. L’Asie centrale et du Sud a le second taux le plus élevé, à savoir 81%, où 241 millions d’enfants et d’adolescents n’apprennent pas.

Encore plus surprenant, deux tiers des enfants qui n’apprennent pas sont scolarisés. Sur les 387 millions d’enfants en âge de fréquenter le primaire, ne savant pas lire couramment, 262 millions vont en classe. Environ 137 millions d’adolescents en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire sont scolarisés, mais incapables d’atteindre les seuils minimaux de compétence en lecture.

Les données semblent indiquer que ces nouveaux chiffres sont enracinés dans trois problèmes courants. Premièrement, le manque d’accès : des enfants non scolarisés ont peu ou aucune chance d’atteindre le seuil minimal de compétence. Deuxièmement, l’incapacité à retenir tous les enfants à l’école et à les maintenir sur la bonne voie ; et troisièmement, la question de la qualité de l’enseignement et ce qui se passe en classe.

« Ces nouvelles données sont un signal d’alarme qui doit nous pousser à investir davantage dans l’éducation», a affirmé la Directrice de l’ISU, Silvia Montoya.

Les nouvelles données sont les toutes premières données rassemblées sur les progrès accomplis pour la réalisation de la cible 4.1 de l’ODD, qui exige que les enfants suivent un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire qui « les dote d’acquis véritablement utiles ».

 

 

 

(Mise en perspective : Cristina Slveiro)

Classé sous Culture et éducation, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...