Yémen: la barre du demi-million de cas de choléra désormais dépassée

Écouter /

À l'hôpital Al Sab'een à Sanaa, au Yémen, un médecin osculte une jeune fille souffrant du choléra. Photo UNICEF/Fuad

Le nombre de cas de choléra a dépassé le demi-million au Yémen où l'épidémie a déjà fait près de 2.000 morts depuis fin avril. Dans un communiqué rendu public ce lundi à Genève, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) note que 503.484 cas suspects et 1.975 décès dus au choléra ont été enregistrés à la date du dimanche 13 août dans ce pays menacé aussi par une famine et ravagé par la guerre.

 

Si l'Agence de l'ONU a relevé que la vitesse à laquelle l'épidémie se répandait s'était nettement ralentie depuis début juillet, l'OMS a aussi averti que la maladie touchait encore environ 5.000 personnes chaque jour. « La propagation du choléra a ralenti considérablement dans certaines régions par rapport aux pics notés de façon générale, mais la maladie se répand encore rapidement dans les districts récemment touchés, qui enregistrent un nombre élevé de cas », fait remarquer cette agence onusienne basée à Genève.

 

Après une première épidémie l'an dernier, le choléra est réapparu en avril dans ce pays de 27 millions d'habitants, et le conflit complique les livraisons de médicaments et l'arrivée de l'aide humanitaire internationale. Selon l'OMS, cette épidémie meurtrière est la conséquence directe de deux années de conflit intense. En raison de l'effondrement des systèmes de santé, d'eau et d'assainissement, près de 15 millions de personnes ne bénéficient plus d'un accès régulier à l'eau potable et à l'assainissement, ce qui favorise la propagation de la maladie.

 

Dans ces conditions, « le personnel de santé au Yémen travaille dans des conditions impossibles », a estimé le Chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué. « Des milliers de personnes sont malades, mais il n'y a pas suffisamment d'hôpitaux, de médicaments, d'eau potable », a-t-il dit, ajoutant que de nombreux médecins et infirmiers n'avaient pas été payés depuis près d'un an.

 

Selon l'OMS, plus de 99% des personnes atteintes par le choléra peuvent survivre si elles ont accès aux services de santé. Mais plus de 15 millions de Yéménites n'ont aucun accès aux soins de santé de base. M. Tedros a appelé les parties au conflit à chercher urgemment une solution politique. « Les Yéménites ne peuvent plus supporter cette situation plus longtemps. Ils ont besoin de paix pour reconstruire leur vie et leur pays », a conclu le Chef de l'OMS.

 

(Extrait sonore : Fadela Chaib, porte-parole de l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...