Yémen: il n’y a pas de solution militaire au conflit, rappelle Stephen O’Brien

Écouter /

Stephen O'Brien, Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l'ONU (Photo: ONU/Kim Haughton)

Selon le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, il n’y a pas de solution militaire au conflit au Yémen. Des propos tenus vendredi matin, par Stephen O'Brien, devant le Conseil de sécurité.

Le Coordonnateur des secours d’urgence de l'ONU a dénoncé, pour une dixième fois, la « catastrophe humanitaire d'origine humaine » qui sévit dans le pays, en proie aux violences depuis plus de deux ans.

Selon Stephen O'Brien le pays compte 7 millions de personnes confrontées à la famine, 16 millions qui sont sans accès à l'eau et l'assainissement. Il connaît la plus grande épidémie de choléra jamais enregistrée en un an.

Le haut responsable onusien aux affaires humanitaires a lancé un appel en cinq points, demandant l'ouverture de tous les ports du pays, la cessation des hostilités immédiate, le respect du droits humanitaire, que les fonctionnaires civils soient payés, mais aussi le renforcement de la responsabilisation.

« Ne nous accrochons pas à la sémantique de qui est une partie au conflit, qui est un intermédiaire, et qui nie être impliqué. Tous les auteurs et leurs facilitateurs de cette guerre révoltante au Yémen savent qui ils sont », a déclaré Stephen O'Brien.

« Les preuves de leur conduite sont en train d'être recueillies, préservées et préparées afin qu'ils en soient tenus responsables, et mettre fin à la confiance abominable qu'apporte le sentiment d’impunité actuel qui les motive pour perpétrer ces horreures contre le peuple yéménite », a-t-il ajouté avant d'exhorter le Conseil des droits de l’homme à agir sur la création d'un organe international indépendant chargé d’enquêter sur les violations présumées du droit international humanitaire et des droits de l’homme.

« En cette Journée mondiale de l’aide humanitaire, je vous demande combien de honte pouvons-nous assumer, et surtout vous, au Conseil de sécurité, pour avoir échoué à contenir les parties à cet odieux conflit et leurs intermédiaires, pour avoir échoué à répondre aux besoins et aux espoirs légitimes des Yéménites qui devraient leur être accordés et que nous exigerions comme un minimum pour chacun d'entre nous», a conclu Stephen O'Brien.

(Extrait sonore : Stephen O'Brien, Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/09/2017
Loading the player ...