Yémen : 58 civils tués en une semaine dont 42 par la coalition arabe

Écouter /

Du toit d'un bâtiment endommagé, une femme déplacée et sa fille jettent un regard sur la ville de Sanaa, au Yémen . Photo Giles Clarke/OCHA

Les Nations Unies ont demandé vendredi l'ouverture d'une enquête sur les frappes aériennes conduites mercredi contre un hôtel proche de la capitale yéménite. Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a annoncé que 58 civils avaient été tués au Yémen dans la semaine entre le 17 et le 24 août. Les services du Haut-Commissaire Zeid ont ainsi accusé la coalition arabe d'être responsable de la mort de 42 d'entre eux.

 

Des raids aériens menés par une coalition arabe sous commandement saoudien ont tué 42 civils, dont plusieurs enfants, au Yémen au cours des sept derniers jours, a annoncé vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. « Dans la semaine allant du 17 au 24 août, 58 civils ont été tués, dont 42 par la coalition sous commandement saoudien », a précisé la porte-parole du Haut-Commissariat, Liz Throssell, lors d'un point de presse ce vendredi à Genève.

L'ONU a dénombré une série d'attaques mercredi, dont une visant un hôtel près de Sanaa qui a fait 33 morts, et une autre contre une maison, dans la capitale, où 6 civils ont été tués.

Mardi, « une femme et deux enfants ont été tués et deux femmes et deux enfants ont été blessés, lorsqu'un raid aérien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a touché une maison dans le village de Talan » près de Sanaa, selon un communiqué du Haut-Commissariat.

« Dans tous ces cas, des témoins ont affirmé qu'il n'y avait eu aucun avertissement qu'une attaque était imminente », a ajouté Liz Throssell.

Dans ces conditions, les équipes du Haut-Commissaire Zeid rappellent que « les attaques visant des civils ou contre des biens de caractère civil sont interdites par le droit international humanitaire, qui interdit également les attaques indiscriminées ou disproportionnées ». « Nous rappelons à toutes les parties au conflit, y compris la Coalition, leur devoir de garantir le plein respect du droit international humanitaire. Nous appelons les autorités compétentes à mener des enquêtes crédibles, exhaustives et impartiales sur cet incident », a souligné la porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme.

Depuis mars 2015, le Bureau des droits de l'homme de l'ONU a documenté 13.829 victimes civiles, dont 5.110 personnes tuées et 8.719 blessées. « Ces chiffres sont basés sur les pertes vérifiées individuellement par notre bureau du Yémen. Le nombre total est probablement beaucoup plus élevé », a précisé Liz Throssell.

La guerre au Yémen oppose les rebelles Houthis, alliés aux partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, au camp du président Abd Rabbo Mansour Hadi aidé militairement depuis mars 2015 par une coalition de pays arabes.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...