République populaire démocratique de Corée: la production alimentaire touchée par la pire sécheresse depuis 2001

Écouter /

La production alimentaire du pays pour cette année, dont font partie le riz, le maïs, les pommes de terre et le soja, a été sérieusement compromise par une période de sécheresse prolongée (Crédit photo : FAO)

Selon la dernière mise à jour de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) produite en collaboration avec le Centre commun de recherche de la Commission européenne, la production alimentaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour 2017, qui comprend notamment des produits de base tels que le riz, le maïs, les pommes de terre et le soja, a été sérieusement compromise par des conditions de sécheresse prolongée et menace maintenant la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population.

Les pluies tombées d’avril à juin dans les régions agricoles clés du pays étaient bien en-dessous de la moyenne à long terme, ce qui a provoqué de graves perturbations au niveau des activités de plantation et a endommagé les cultures de la campagne principale.

«Jusqu’à ce jour, les pluies saisonnières tombées dans les principales régions productrices de céréales étaient inférieures au niveau atteint en 2001, lorsque la production céréalière a drastiquement chuté pour atteindre un niveau sans précédent de seulement deux millions de tonnes. Cette forte baisse avait entraîné une forte détérioration de la sécurité alimentaire pour une grande partie de la population», a déclaré M. Vincent Martin, Représentant de la FAO en Chine et pour la République populaire démocratique de Corée.

Des pénuries alimentaires attendues pour la saison creuse en cours

La grave vague de sécheresse a également affecté les cultures du début de la saison 2016/17, récoltées en juin et qui incluent notamment le blé, l’orge et les pommes de terre. Selon les dernières estimations de la FAO, la production liée aux cultures du début de saison 2017 a chuté de plus de 30 pour cent par rapport à l’année dernière, passant de 450 000 tonnes à 310 000 tonnes.

Malgré le fait que les récoltes de début de saison représentent uniquement 10 pour cent de la production céréalière annuelle dans son ensemble, ces cultures sont aussi une source importante de nourriture pendant la saison creuse, de mai à septembre.

Des inquiétudes pour les cultures de la campagne principale de 2017

Bien que les pluies tombées lors de la première moitié du mois de juillet aient apporté un peu de répit, elles sont arrivées trop en retard de manière générale pour permettre de s’adonner à des activités de plantation normales et de laisser le temps aux cultures de la campagne principale de 2017 de se développer pour pouvoir être récoltées en octobre et novembre.

Le manque de pluie devrait vraisemblablement avoir un impact sérieux sur les cultures de la campagne principale dans les régions productrices de céréales, dont les provinces du Sud et du Nord de Pyongan et celles du Sud et du Nord de Hwanghae et de la ville de Nampo, qui sont normalement à l’origine de près des deux tiers de l’ensemble de la production céréalière de la campagne principale.

Avec des prévisions faisant état d’une diminution de la production des cultures issues de la campagne principale de 2017, la sécurité alimentaire devrait se détériorer davantage pendant l’année de commercialisation 2017/18, tandis que le besoin d’importer des céréales augmentera.

Des interventions immédiates

«Il est nécessaire de mettre en œuvre des interventions dès maintenant afin de venir en aide aux agriculteurs affectés et d’empêcher que les plus vulnérables se tournent vers des stratégies d’adoption non-souhaitables, tels que le fait de réduire leur ration alimentaire journalière», a expliqué M. Martin. «Il est vital que ces agriculteurs bénéficient dès à présent d’une aide agricole appropriée et notamment des outils et du matériel d’irrigation», a-t-il ajouté.

Selon le rapport, il est également essentiel de commencer dès maintenant à réparer et à rénover les systèmes d’irrigation afin de réduire les pertes et d’améliorer la disponibilité en eau.

Une augmentation des importations alimentaires, par le biais de la filière commerciale ou à travers l’aide alimentaire, sera également requise lors des trois prochains mois, au pic de la saison creuse, afin de garantir un approvisionnement alimentaire adéquat pour les personnes les plus vulnérables, dont les enfants et les personnes âgées.

Une aide sur le long-terme

La FAO recommande également de promouvoir les cultures et variétés résistantes à la sécheresse et de diversifier les moyens d’existence en vue d’améliorer la résilience des agriculteurs et des ménages face aux catastrophes naturelles et au changement climatique.

(Extrait sonore : Jean Senahoun, Economisteau siège de la FAO; propos recueillis par Murielle Sarr)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...