Mali : «Moussoya yé Koba Yé», «c’est une excellente chose d’être une femme»

Écouter /

“MOUSSOYA ye KOBAYE” une iniative de femmes artistes engagées pour dire NON aux violences faites aux femmes et aux filles. (Image: ONUFemmes/C.Bah)

«Moussoya yé Koba Yé», traduisez «c’est une excellente chose d’être une femme», est une initiative lancée en avril 2017 par un groupe de jeunes artistes africaines originaires de différentes parties du continent, dont Rokia Traoré, Pamela Badjogo et Aminata Daniogo.

Ce projet cherche à sensibiliser les jeunes maliens à la violence domestique, souvent banalisée au Mali, grâce notamment à des concerts. Il encourage aussi à rejeter la pratique de la mutilation génitale féminine et à créer des alliances avec les hommes pour qu'ils se prononcent contre cette violence.

“Nous sommes des femmes d’ici ; femmes d’Afrique; femmes fortes, femmes fières, femmes aimées; Et nous disons non à la violence contre les femmes “, a chanté Pamela Badjogo le 7 avril 2017, dans un concert du programme Moussoya ye Koba Ye ‘, soutenu par ONU Femmes.

Le programme, financé par l’ambassade du Canada, bénéficie également de l'appui de l'ONU.

“Nous sommes au Mali, où l’homme est le chef de la famille”, a déclaré Coumba Bah, responsable des communications et des partenariats des femmes de l’ONU. “Il est essentiel que les hommes acceptent de dire non à la violence à l’égard des femmes et des filles”.

Pour Aminata Daniogo (alias Amy Yerewolo), un membre de premier plan du programme impliquant les hommes dans cette cause est un must: “J’invite tous les hommes et toutes les femmes à soutenir la cause féministe, la cause la plus noble”.

“Aucune femme ne mérite d’être violée, ni d’être soumise à une mutilation génitale féminine, ni à des coups et à des blessures barbares”, a impliqué Doussou Bagayoko, un autre artiste malien, qui participe de l'initiative.

À ce jour, plus de vingt jeunes artistes, hommes et femmes, musiciens, producteurs, photographes et comédiens ont rejoint le groupe.

Suite à la reussite du concert en avril, les artistes oeuvrentdesormais la création d'une exposition itinérante intitulée “Moussoya yé Kô bayé”, qui présentera des photographies et des témoignages de femmes survivantes. L’exposition sera lancée à l’Institut français du Mali pendant les 16 jours de la campagne «Activisme contre la violence sexiste» en novembre prochain.

 

(Musique : Moussoya yé Koba Yé)

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...