Iraq : des milliers de civils fuient Tal Afar avec l'avancée des troupes iraquiennes, selon l'ONU

Écouter /

Des enfants ayant fui Tal Afar et ayant trouvé refuge dans le gouvernorat de Ninive, en Iraq, en 2014 (archives). Photo Croissant Rouge Iraquien/OCHA

Une responsable humanitaire des Nations Unies en Iraq a mis en garde lundi contre les risques posés par le déplacement de milliers de civils fuyant Tal Afar et les communautés environnantes pendant l’opération militaire iraquienne pour reprendre ces zones occupées par le groupe terroriste l’Etat islamique d’Iraq et du Levant (EIIL/Daech).

« Des milliers de personnes fuient Tal Afar pour leur sécurité », a déclaré la Coordonnatrice humanitaire pour l’Iraq, Lise Grande, citée dans un communiqué de presse publié par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). « Les familles marchent pendant 10 à 20 heures sous une chaleur extrême pour atteindre les points de rassemblement. Elles arrivent épuisées et déshydratées ».

« Plus de 30.000 personnes ont déjà fui le district », a précisé Mme Grande. « Nous ne savons pas combien de civils sont encore dans les zones où les combats se déroulent, mais nous nous préparons à ce que des milliers de personnes fuient dans les prochains jours et prochaines semaines. Les conditions sont très difficiles dans la ville. Il n’y a plus d’eau, ni de nourriture et les gens n’ont pas les éléments de base pour survivre ».

« Rien n’est plus important que de protéger les civils pendant le conflit », a ajouté Lise Grande. « Nous sommes profondément préoccupés par les risques extrêmes auxquels les familles sont confrontées. Tout doit être fait par les parties au conflit pour éviter les pertes civiles et s’assurer que les gens reçoivent l’aide à laquelle ils ont droit en vertu du droit international humanitaire ».

La Coordonnatrice humanitaire a précisé que le gouvernement iraquien dirigeait l’opération humanitaire et fournissait des moyens de transport et de l’aide. De leur côté, les partenaires humanitaires contribuent à combler les lacunes en fournissant une aide vitale aux points de rassemblement et en aidant les familles lorsqu’elles atteignent les sites et camps d’urgence.

Au 20 août, moins de 50% du financement demandé dans le cadre du Plan d’intervention humanitaire 2017 pour l’Iraq a été reçu, a précisé OCHA.

« Les partenaires humanitaires ont besoin d’urgence de ressources supplémentaires », a déclaré Mme Grande. « Nous ne pouvons pas aider les personnes qui ont le plus besoin d’aide si nous ne recevons pas de soutien financier supplémentaire. Les civils à Tal Afar ont beaucoup souffert. Ils ont besoin d’un soutien urgent ».

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/11/2017
Loading the player ...