Yémen : le HCR choqué et attristé par la mort de civils suite à un raid aérien à Taëz

Écouter /

Les décombres de l’école d’Arwa, l’une des plus grandes écoles de la ville de Taïz. L’école a été utilisée par un groupe armé puavant d’être bombardée. © UNICEF/UNI196751/Mahyoob

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit profondément choquée et attristée mercredi par les nombreuses personnes décédées et blessées à la suite d’une attaque aérienne contre le district de Mawza, dans le gouvernorat de Taëz au Yémen.

L’incident a été signalé mardi après-midi et le nombre de victimes civiles est encore en cours de vérification avec des rapports initiaux indiquant au moins 20 décès, notamment des femmes et des enfants. La plupart des personnes tuées appartiendraient à la même famille. Plusieurs blessés ont été transportés dans des hôpitaux à proximité pour être soignés.

Les personnes tuées lors de cette attaque se trouvaient dans un véhicule dans le district de Mawza après avoir été déplacées du district voisin d’Al Mokha, qui connaît une intensification des hostilités.

Selon le HCR, ce dernier incident démontre à nouveau les dangers extrêmes auxquels sont confrontés les civils au Yémen, en particulier ceux qui tentent de fuir la violence. Il illustre également les difficultés à fournir une protection et une assistance humanitaire au Yémen.

Le HCR, en tant qu’organisme responsable de la protection dans le cadre de la réponse humanitaire coordonnée au Yémen, a demandé aux parties au conflit de faire le maximum pour protéger les civils et atténuer leurs souffrances.

Pour l’agence onusienne seule une solution politique pacifique peut résoudre le conflit au Yémen et mettre fin à la souffrance des civils.

 

 

 

(Extrait sonore:  William Spindler, porte-parole du HCR;  propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...