Violences à Jérusalem : le chef de l’ONU exhorte Israéliens et Palestiniens à réduire les tensions

Écouter /

Vue aérienne de Jérusalem. (Photo ONU/Rick Bajornas)

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a profondément déploré vendredi la mort de trois Palestiniens dans les affrontements qui se sont produits le jour même avec les forces de sécurité israéliennes.

Ayant fait part de ses pensées et prières aux familles des victimes, le Secrétaire général a demandé que ces incidents fassent l’objet d’une enquête complète.

Selon les informations rapportées par la presse, des heurts ont éclaté vendredi après la prière hebdomadaire des musulmans près de la vieille ville de Jérusalem. Deux Palestiniens sont morts à Jérusalem Est et un troisième a été tué en Cisjordanie. Les médias indiquent que plus de 450 personnes ont été blessées dans ces heurts qui ont fait suite à des journées de tensions.

« Le Secrétaire général est préoccupé par le déroulement de la violence dans la vieille ville de Jérusalem », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée vendredi soir.

Il y a une semaine, vendredi 14 juillet, trois assaillants ont mené une attaque dans la vieille ville de Jérusalem au cours de laquelle deux policiers israéliens ont été tués et un autre blessé. « Cet incident a le potentiel de déclencher de nouvelles violences», avait alors alerté dans une déclaration le porte-parole du Secrétaire général, appelant toutes les parties à agir « de manière responsable pour éviter une escalade ».

Après cette attaque, les autorités israéliennes ont décidé d’installer des détecteurs de métaux afin d’empêcher l’entrée d’armes à feu sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem et d’interdire l’accès à la vieille ville aux hommes palestiniens de moins de 50 ans.

Par la voix de son porte-parole, António Guterres a exhorté les dirigeants israéliens et palestiniens à s’abstenir de mesures susceptibles d’aggraver la situation et appelé tous les dirigeants politiques, religieux et communautaires à aider à réduire les tensions.

« Le Secrétaire général réitère que le caractère sacré des sites religieux doit être respecté comme lieu de réflexion, pas de violence», a également rappelé Farhan Haq.

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...