UNICEF: Plus de 7 millions d’enfants en mouvement en Afrique de l’ouest et centrale chaque année

Écouter /

Un jeune garcon pres du camp de réfugiés de M’bera en Mauritanie.Photo: UNICEF

Les enfants représentent plus de la moitié des 12 millions De personnes d’Afrique de l’Ouest et du Centre qui se déplacent chaque année. Dont environ 75% restent en Afrique subsaharienne et moins d’un sur cinq en direction de l’Europe –C'est ce qu'a annoncé l’UNICEF dans un nouveau rapport. Intitulé ''À l a recherche d’opportunités: les voix des enfants en déplacement en Afrique de l’Ouest et du Centre'' Il explique les principaux moteurs de migration et des déplacements régionaux des enfants, ainsi que des implications à plus long terme pour la région si ces mouvements de population à grande échelle s’intensifient.

Pour Patrick Rose, spécialiste des communications au bureau régional de l'UNICEF à Dakar au Senegal, ”la migration ce n’est pas que la migration en Europe. La migration ça reste énormement dans la région et on voit que avec les systèmes existants il y a beaucoup de faiblesse dans les systèmes des services sociaux  où les enfants des migrants des fois peuvent avoir du mal à accéder aux services essentiels”  

Le rapport, basé sur une série d’entretiens avec des migrants et leurs familles de plusieurs pays, révèle un ensemble complexe de moteurs de la migration au-delà de la pauvreté. Cela suggère que les migrations impliquant des enfants et des jeunes d’Afrique de l’Ouest et du Centre devraient augmenter en raison d’une confluence de facteurs, y compris la croissance rapide de la population et l’urbanisation, un développement économique inégalé, des conflits persistants, une gouvernance faible et une capacité institutionnelle limitée pour soutenir les populations les plus vulnérables . Pour Patrick  Rose l’éducation est une des motivations principales des migrants, mais aussi les effets du  changement climatique dans la région qui va être beaucoup plus affectée.

Le changement climatique est également un facteur majeur de la migration vers l’Afrique de l’Ouest et du Centre. La région devrait connaître une élévation de trois à quatre degrés ce siècle – plus d’une fois et demie plus élevée que partout ailleurs dans le monde. Les inondations et la sécheresse sévères causent déjà la perte de moyens de subsistance et les déplacements, tout en modifiant les tendances climatiques rendent certaines formes d’agriculture de plus en plus insoutenables. Les tensions sur l’accès aux ressources limitées pour le bétail et le bétail entraînent des hostilités dans certaines zones rurales, poussant un plus grand nombre de personnes vers les villes.

Le rapport constate que la région manque de systèmes de protection suffisants – à la fois à l’intérieur et à travers les frontières – pour assurer la sécurité et le bien-être des enfants réfugiés et migrants, un écart qui s’accélérera avec l’augmentation prévue des populations nationales et des migrations. Le rapport recommande que les décideurs politiques mettent les enfants au centre de toute réponse aux migrations. Cela peut se faire en renforçant la chaîne de protection des enfants entre les pays d’origine, de transit et de destination. La coopération étroite des gouvernements, des Nations Unies et des partenaires non gouvernementaux est essentielle pour assurer l’accès des enfants aux soins de santé, à l’éducation et à d’autres services essentiels, quel que soit leur statut migratoire.

L’UNICEF continue d’exhorter tous les gouvernements, en Afrique de l’Ouest et du Centre, en Europe et ailleurs à adopter l’Agenda d’action en six points pour la protection des enfants réfugiés et migrants:

1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence;

2. Mettre fin à la détention d’enfants recherchant un statut de réfugié ou à une migration, en introduisant une gamme d’alternatives pratiques;

3. Conserver les familles comme la meilleure façon de protéger les enfants et de donner aux enfants le statut juridique;

4. Donner accès à l'éducation à tous les enfants réfugiés et migrants et leur donner accès à la santé et à d’autres services de qualité;

5. S'attaquer aux causes sous-jacentes des mouvements à grande échelle des réfugiés et des migrants;

6. Promouvoir les mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

En plus de cet Agenda pour l’action, l’UNICEF a également lancé une campagne pour exhorter le public à se solidariser avec les enfants réfugiés et migrants déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté. La campagne “#ChildIsAChild” a jusqu’à présent été soutenue sur les médias sociaux par plus de 2 millions de personnes.

Interview: Patrick Rose, spécialiste des communications au bureau régional de l'UNICEF à Dakar au Senegal; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...