Syrie : malgré la réduction de la violence, la situation humanitaire reste extrêmement difficile

Écouter /

La Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, briefe par videoconference, du bureau de l’OCHA à Amman, en Jordanie, le Conseil de sécurité sur la situation humanitaire en Syrie et en Jordanie (Crédit photo : ONU/Manuel Elias)

Le Conseil de sécurité a examiné jeudi matin, à New York, la situation humanitaire en Syrie. Les quinze ont entendu un exposé présenté par vidéoconférence d'Amman, en Jordanie, par Ursula Mueller. La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires a fait valoir que, malgré la réduction de la violence çà et là, la situation humanitaire reste extrêmement difficile dans la plupart des régions.

Ursula Mueller a souligné que dans le gouvernorat de Raqqa 200 000 personnes ont été déplacées par les combats depuis début avril. L'ONU est prête à aider les 20 à 50 000 personnes restées dans la ville de Raqqa dès que les conditions le permettront. De même, 50 000 personnes sont toujours bloquées à Berm, à la frontière avec la Jordanie. L'ONU poursuit ses largages de vivres à Deir ez-Zor.

La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires a, d'autre part précisé qu'en juillet, grâce à un unique convoi humanitaire 120 000 personnes ont pu recevoir une aide. Malgré les important obstacles posés par le gouvernement et différents groupes non-étatiques, en mai, 8,5 millions de personnes avaient bénéficié d'une aide humanitaire dont 4,4 millions de femmes et de filles. Plus que jamais, toutes les parties au conflit doivent cesser les attaques contre les infrastructures civiles, permettre le libre accès aux populations y compris de l'aide médicale et lever tous les sièges des villes.

Au début de son intervention, Ursula Mueller avait indiqué qu'elle venait de visiter en Jordanie le camp de réfugiés d'Azraq, le second camp le plus important après celui de Za'tari. Le camp d'Azraq, a-t-elle précisé, héberge 35 000 réfugiés syriens, pour beaucoup originaires d'Alep et d'Homs. Ursula Mueller a salué la générosité des autorités et de la population jordanienne, malgré l'impact que la présence de tant de réfugiés fait peser sur les ressources limitées du pays. Elle a aussi rendu hommage aux organisations humanitaires dont le travail permet aux réfugiés de survivre, mais aussi de vivre dignement.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...