République centrafricaine : les enfants de plus en plus victimes de violences, déplore l'UNICEF

Écouter /

Un jeune garçon centrafricain à Bria. (Photo: ONU/C.Silveiro)

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), s’inquiète du nombre croissant de violations des droits de l’enfant observé en République centrafricaine (RCA) lors de la récente vague de violence au cours des trois derniers mois. Les enfants étaient de plus en plus ciblés par la violence, avec une hausse des combats au cours des derniers mois, en particulier dans le sud et le sud-est du pays, a déclaré mardi un porte-parole de l'UNICEF, Christophe Boulierac au cours d'un point de presse à Genève.

Les meurtres, les enlèvements et le viol d’enfants ainsi que leur recrutement par des groupes armés font partie des types de violence qui ont eu lieu. Dans la ville de Bria, 14 filles âgées de 9 à 16 ans ont été violées par des membres de groupes armés pendant les combats en mai et juin. Les viols ont eu lieu lorsque les filles au moment où elles ont quitté leur site de personnes déplacées afin de collecter des objets personnels dans leurs maisons. De nombreux cas de violence sexuelle n’ont pas été signalés en République centrafricaine, a rappelé le porte-parole.

Dans un autre incident, à Bangassou, dans le sud-est du pays, cinq enfants âgés de deux à 16 ans ont été tués en mai en essayant de traverser une rivière pour trouver refuge en République démocratique du Congo. Le même mois, dans un village proche de Berberati, huit garçons âgés de 13 à 17 ans ont été enlevés. L’un d’entre eux a été tué, tandis que les ravisseurs ont demandé des rançons aux autres.

Le nombre réel d’atrocités subies par les enfants au cours des trois derniers mois est certainement supérieur aux chiffres déclarés officiellement, car l’accès humanitaire est fortement restreint en raison de l’insécurité. L'UNICEF indique qu'il est difficile de trouver des conducteurs pour transporter de l’aide humanitaire car les gens ont peur des attaques. Les groupes armés visent souvent des enfants lors d’attaques sur des villages et des villes. L'UNICEF estime que les groupes armés et les parties au conflit doivent cesser ces violations flagrantes des droits de l’enfant et faire tout leur possible pour garder les enfants en sécurité.

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...