RDC/Kasaï : une crise alimentaire sans précédent selon la FAO

Écouter /

Un enfant qui souffre de malnutrition attend un traitement dans un centre de santé dans la province de Kasai Orientale en République démocratique du Congo, une région en proie à un conflit entre la milice du chef traditionnel Kamuina Nsapu et les forces armées du gouvernement. © UNICEF / UN064921

La République démocratique du Congo (RDC) fait face à plusieurs situations d'urgences humanitaires. Selon le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) près de six millions de personnes se trouvent en situation de crise alimentaire (phase 3 et 4).

Le pays connait une crise complexe et prolongée depuis plus de deux décennies, exacerbée en 2016 par un contexte économique défavorable et une aggravation de l'insécurité liée à l'émergence de conflits dans des provinces jusqu'alors relativement paisibles.

Avec 3,7 millions de personnes déplacées, la RDC est le pays africain le plus affecté par les déplacements internes. Les femmes constituent 52% des personnes déplacées. L'extrême pauvreté dans laquelle la majorité de la population vit et la très faible couverture des services sociaux de base accentuent la vulnérabilité et réduisent la résilience des communautés rurales.

C'est dans ce contexte que l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a effectué une mission de terrain avec le Programme alimentaire mondial (PAM) aux deux Kivu, au Tanganyika et au Kasaï, afin de développer une stratégie conjointe d'intervention.

A travers ces visites, la FAO et le PAM souhaitent tirer la sonnette d'alarme auprès des bailleurs de fonds. Depuis le début de ces nouvelles crises, les acteurs humanitaires peinent à lever des fonds pour répondre aux besoins urgents des populations affectées.

Si la communauté internationale n'intervient pas rapidement, les différentes crises en RDC mettront en danger des milliers de vies humaines. Les mouvements de population risquent également d'augmenter la pression sur les moyens d'existence des communautés d'accueil déjà fragilisées par l'insécurité alimentaire chronique.

Alors que la RDC a le potentiel de nourrir toute la population du continent africain, la nation compte encore près de 10 pourcents de sa population en situation de besoin humanitaire dont l'assistance agricole et alimentaire d'urgence. Les directeurs en mission se sont accordés à développer une stratégie et des programmes conjoints afin, qu'en collaboration avec le Gouvernement et ses partenaires, les populations puissent s'inscrire dans une dynamique de production alimentaire durable dès que les conditions sécuritaires le permettent.

La réponse conjointe FAO-PAM adoptera une double approche intégrée en associant l'assistance alimentaire d'urgence fournie par le PAM au travers notamment des transferts monétaires ou de vivres ainsi que la fourniture d'intrants et services agricoles par la FAO avec des interventions facilitant la redynamisation de l'économie locale tout en respectant les ressources naturelles ainsi que l'égalité des genres.

La stratégie conjointe s'articulera sur deux interventions, d'une part protéger et renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations et d'autre part favoriser la relance de l'agriculture et son rôle clé dans la cohésion sociale.

(Interview : Luca Russo, Analyste principal pour les crises alimentaires à la FAO; propos recueillis par Jerôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...