RDC : en fin de visite, le chef de l'humanitaire de l'ONU appelle à ne pas abandonner les millions de personnes dans le besoin dans le pays

Écouter /

Au terme de sa visite en République du Congo, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires humanitaires et le Coordonnateur des secours d’urgence, Stephen O’Brien, a appelé vendredi à ne pas oublier les millions de filles, de garçons, de femmes et d'hommes qui souffrent de violence, de maladies et de malnutrition dans le pays.

“J’invite et encourage la communauté internationale à ne pas laisser tomber les millions de personnes dans le besoin en RDC. Combien d’autres indices devons-nous intensifier? Je demande à nos donateurs de faire un don et de faire davantage pour financer l’appel humanitaire pour empêcher que des millions de personnes vulnérables tombent plus loin dans un chaos total », a affirmé Stephen O’Brien lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

Au cours de sa mission de 4 jours Stephen O’Brien a visité certaines des communautés les plus touchées par la crise massive qui frappe la RDC, y compris Tshikapa dans la région du Kasaï, où une année de conflit a entraîné de graves violations des droits de l’homme et provoqué le déplacement de quelque 1,4 million de personnes, poussant le nombre de personnes déplacées en RDC à 3,8 millions, le plus élevé en Afrique.

À Tshikapa, le chef de l'humanitaire à l'ONU a entendu des personnes déplacées partager des histoires horribles de la perte des membres de leur famille, des biens et de leurs moyens de revenus depuis que la violence a éclaté dans la ville en août 2016.

“Sur le site Komba IDP, j’ai rencontré le jeune Mangasa Kalone qui m’a dit comment elle était presque brûlée en vie quand son village a été attaqué “, a déclaré Stephen O’Brien.

Il a également visité un complexe scolaire où les ONG offrent des activités de protection et de loisirs à quelque 1 000 mineurs non accompagnés. “Je suis profondément préoccupé par la santé de ces enfants, beaucoup ont été affamés par la malnutrition”.

La violence dans les cinq provinces qui composent la région du Kasaï a également poussé des milliers d’enfants hors de l’école. Quelque 600 cas de violence sexuelle ont été signalés depuis l’année dernière, alors que plusieurs écoles et cliniques de santé ont été réquisitionnées en refuge temporaire pour les personnes déplacées.

Alors les agences de l’ONU et les ONG qui intensifient leur présence dans la région du Kasaï, le responsable des affaires humanitaires de l’ONU a appelé à un accès sécurisé aux humanitaires courageux qui font tout leur possible pour que l’aide atteigne les plus vulnérables dans les régions éloignées.

“La communauté humanitaire a travaillé avec des ressources financières insuffisantes pour fournir à l’échelle requise”, a déclaré M. O’Brien.

Un appel de 748 millions de dollars US qui a été lancé plus tôt cette année a jusqu’à présent reçu moins de 25 pour cent du financement, le niveau de financement le plus bas des 10 dernières années; Un appel d’urgence de 64,5 millions de dollars a été fait pour la crise du Kasaï. À ce jour, il n’a reçu que 11 p. 100.

«Ce n’est pas seulement insuffisant, il est inacceptable que la communauté mondiale abandonne cette véritable souffrance des peuples congolais, sans tenir compte de la pénurie d’argent», a-t-il déclaré.

Au cours de sa visite le chef de l'humanitaire s'est également rendu à Kalémie, où quelque 500.000 personnes ont été déplacées à la suite d’une terrible recrudescence de la violence entre deux communautés au cours des 12 derniers mois.

À Kinshasa, il a rencontré le Premier ministre congolais, Bruno Tshibala, les ministres des affaires intérieures et humanitaires, des représentants de pays donateurs et des hauts fonctionnaires des agences des Nations Unies et de la mission de maintien de la paix MONUSCO.

En plus des 3,8 millions de personnes déplacées, le pays est confronté à un flux régulier de réfugiés du Burundi voisin, de la République centrafricaine et du Soudan du Sud.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro ; extrait sonore :   Stephen O'brien, Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires humanitaires et le Coordonnateur des secours d’urgence; propos recueillis par Yvon Edoumou)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...