PAM : les conflits et l'instabilité, facteurs de l'essor des coûts de l'assistance alimentaire

Écouter /

À Mazrak, au Yémen, une fillette de cinq ans, malnutrie, a reçu un bracelet rose pour montrer qu'elle n'a pas assez à manger. (Photo HCR/Hugh Macleod)

Alors que les besoins humanitaires sont en plein essor dans de multiples situations d’urgence complexes à travers le monde, les difficultés d’accès, l’instabilité et l’inefficacité de systèmes alimentaires accroissent considérablement le coût de l’assistance à fournir  indique un nouveau rapport du Programme alimentaire mondial (PAM) publié jeudi.

Selon ce rapport, intitulé ‘World Food Assistance 2017: Taking Stock and Looking Ahead’, le PAM a vu ses coûts augmenter de plus de 140% sur une période de sept ans, passant de 2,2 milliards de dollars en 2009 à 5 milliards de dollars en 2015.

Deux régions avec des urgences alimentaires massives et complexes, l’Afrique de l’Est et centrale et le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, représentent 70% des dépenses du PAM.

Le rapport constate que l’amélioration de l’accès humanitaire pourrait réduire les coûts pour le PAM de près de 1 milliard de dollars par an. Si les quelque 80 pays où le PAM opère étaient davantage en mesure de faire face aux chocs climatiques, politiques et économiques, 2,2 milliards de dollars supplémentaires pourraient être économisés chaque année.

Aussi si les systèmes alimentaires – les réseaux responsables de la production et de la transformation de nourriture et garantissant l’accès aux personnes affamées – pouvaient être améliorés dans ces pays, 440 millions de dollars pourraient être économisés annuellement. Si des solutions ou des améliorations étaient apportées à ces défis, les économies réalisées pour le PAM pourraient atteindre 3,5 milliards de dollars par an.

Le PAM signale par ailleurs que l'assistance alimentaire joue sur le développement à long terme.

L'agence souligne que la malnutrition des enfants en tant que retard de croissance individuelle mais aussi en terme de PIB, car elle se traduit notamment par moins de productivité et pèse sur les systèmes de santé fragiles.

Aussi les nouveaux instruments d'assistance, tels que l'utilisation de virement bancaires et les crédits téléphoniques, permettent aux bénéficiaires de s'approvisionner auprès des marches locaux et encouragent l'économie locale.

Le secteur de l’aide alimentaire internationale a subi des changements importants entre 2009 et 2016. Au PAM, la part de l’assistance fournie en nourriture est passée de 54% à moins de 40%. À l’inverse, la part des transferts sous forme d’argent liquide est passée de moins d’un pour cent en 2009 à 20% en 2016.

Le PAM appelle a mettre fin à ces guerres et à ces conflits, afin que de faire des progrès réels pour éradiquer la faim.

 

(Extrait sonore : André Vornic, porte-parole du PAM; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...