Moyen-Orient : Nickolay Mladenov met en garde contre le risque de transformer le conflit israélo-palestinien en un conflit religieux

Écouter /

Nickolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient a informé le Conseil de sécurité. (
Crédit: ONU Photo / Eskinder Debebe)

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation au Moyen-Orient y compris la question palestinienne. Les quinze ont entendu Nickolay Mladenov. Le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient a fait valoir que les développements des onze derniers jours dans les lieux saints de Jérusalem montrent l'énorme risque de transformer le conflit israélo-palestinien en un conflit religieux et de créer une spirale de violence avec le reste de la région. Aussi, importe-t-il de préserver le statu quo depuis 1967, tout en maintenant la sécurité dans les lieux saints.

Le Coordonnateur spécial a estimé que les événements récents à Jérusalem résonnent d'autant plus à travers le Moyen-Orient que les sociétés continuent de se fracasser selon des lignes ethniques ou religieuses et que les acteurs non étatiques contrôlent encore de vastes territoires.

« Ne nous nous trompons pas que, si les événements à Jérusalem se déroulent sur une centaine de mètres carrés à Jérusalem, ils affectent des centaines de millions de personnes à travers le monde », a déclaré le Coordonnateur spécial.

Nickolay Mladenov a indiqué qu'il apprécie la décision prise la nuit dernière par le cabinet de sécurité israélien d’enlever les détecteurs de métaux tout en assurant la sécurité des visiteurs et des fidèles aux sites sacrés.

« J’espère que la décision du Cabinet conduira à une apaisement des tensions actuelles et permettra le retour des fidèles à l'esplanade sainte », a-t-il indiqué avant d'ajouter « On s’attend à ce que le président Abbas convoque les dirigeants palestiniens plus tard ce soir pour discuter de ces développements ».

Abordant la situation à Gaza, le Coordonnateur spécial a estimé que deux millions de personnes sont prises en otage en raison de l’impasse politique entre le Fatah et le Hamas. L'impact humanitaire épouvantable de cette situation prive les populations d'électricité et d'eau durant des périodes allant jusqu'à 36 heures et rend la survie des hôpitaux difficile. C'est pourquoi, les dirigeants palestiniens doivent impérativement surmonter leurs divisions idéologiques au risque d'entraîner l’effondrement complet de Gaza.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...