Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale se réunit à Genève

Écouter /

Le Palais Wilson qui abrite le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) à Genève. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

La 93ème session du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale a débuté lundi, au Palais Wilson, à Genève. La session, qui durera jusqu’au 25 août 2017, examinera les rapports présentés par le Canada, Djibouti, les Émirats arabes unis, l’Équateur, la Russie, le Koweït, la Nouvelle-Zélande et le Tadjikistan sur les mesures qu’ils ont prises en application de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Au cours de la session, des délégations des huit pays à l’examen présenteront leurs rapports, fourniront des informations complémentaires et répondront aux questions des membres du Comité. Le Comité adoptera ensuite des observations finales dans lesquelles figureront notamment des recommandations à l’intention des pays concernés.

En vue de l’examen des rapports des huit États parties inscrits à l’ordre du jour de cette session, le Comité tiendra, les lundis 31 juillet, 7 août et 14 août, trois réunions informelles avec des représentants d’organisations non gouvernementales au sujet de la situation dans les pays devant être examinés chacune de ces semaines-là.

Hormis Djibouti qui présentera conjointement son rapport initial et son second rapport périodique durant la première semaine, tous les autres pays examinés à la présente session ont déjà, par le passé, présenté des rapports qui ont fait l’objet d’observations finales du Comité.

Le Comité examinera tout d’abord cette semaine le rapport du Koweït, puis celui de la Russie. Les rapports des Emirats arabes unis, de l’Équateur et du Tadjikistan seront examinés au début de la deuxième semaine. Les rapports du Canada et de la Nouvelle-Zélande seront examinés au début de la troisième semaine.

Dans le cadre de séances à huis clos, le Comité examinera des « communications » (plaintes individuelles) émanant de personnes ou de groupes de personnes qui se plaignent d’être victimes d’une violation, par un État partie, de l’un des droits énoncés dans la Convention.

Au titre de sa procédure de suivi, le Comité examinera en outre la suite donnée par les États parties à ses observations et recommandations. Le Comité se penchera également sur les activités de suivi de la Déclaration et du Programme d’action de Durban, adoptés en 2001 à l’issue de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée. Enfin, les membres du Comité ont prévu d’avoir des échanges sur l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme.

Durant les troisième et quatrième semaines de cette 93ème session, le Comité se réunira à huis clos, notamment pour rédiger ses observations finales formulant des recommandations à l’intention des États parties dont les rapports auront été examinés au cours de la session.

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale est le premier organe créé par les Nations Unies afin de surveiller l’application d’un instrument international dans le domaine des droits de l’homme. Composé de dix-huit experts élus par les États parties à la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, le Comité consacre ses sessions essentiellement à l’examen des rapports périodiques que les 178 États parties à la Convention doivent lui soumettre tous les deux ans sur les mesures qu’ils ont prises pour donner effet aux dispositions de cet instrument.

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...