Croissance bleue : exploiter le potentiel des mers et des océans

Écouter /

Le secteur des pêches génère plusieurs milliards de dollars et joue un rôle vital en matière d’alimentation et de nutrition, d’emploi, de commerce, de bien-être économique et de loisirs. Photo : FAO

Le concept d’«économie bleue», qui découle de la Conférence Rio + 20 de 2012, met l’accent sur la conservation et sur la gestion durable, en partant du principe que des écosystèmes océaniques sains sont plus productifs et qu’ils sont indispensables à des économies durables axées sur les océans.

Afin d’opérer cette réorientation, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé l’Initiative en faveur de la croissance bleue, qui lui permettra d’aider les pays à élaborer et à mettre en œuvre des programmes dans ce domaine.

La croissance bleue consiste à mieux tirer parti du potentiel des océans, des mers et des côtes afin:

- d’éliminer la surpêche et autres pratiques de pêche préjudiciables, en optant pour des approches qui favorisent la croissance, la conservation et la pêche durable et mettent fin à la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INDNR);

- de favoriser des mesures adaptées qui encouragent la coopération entre les pays;

- de faciliter l’élaboration de politiques, l’investissement et l’innovation en faveur de la sécurité alimentaire, de la réduction de la pauvreté et de la gestion durable des ressources aquatiques.

Sa mise en oeuvre consiste en:

1. Aquaculture – Promouvoir des politiques et des bonnes pratiques permettant de produire poissons, fruits de mer et plantes marines de façon responsable et durable

2. Pêches de capture – Participer à la mise en œuvre du Code de conduite pour une pêche responsable et des instruments connexes afin de restaurer les stocks halieutiques, de lutter contre la pêche INDNR et de promouvoir les bonnes pratiques de production et la croissance durable

3. Systèmes de production de poissons et de fruits de mer – Promouvoir des chaînes de valeur efficaces et des moyens d’existence améliorés

4. Services écosystémiques – Promouvoir des cadres réglementaires et des approches qui visent à remettre en état les habitats côtiers vitaux, la biodiversité et les services écosystémiques (y compris capture du carbone, moyens de défense contre les tempêtes et les marées, tourisme, etc.).

 

(Interview : Jacqueline Alder, Spécialiste principal de l’industrie des pêches à la FAO; propos recueillis par Florence Westergard)

Le secteur des pêches génère plusieurs milliards de dollars et joue un rôle vital en matière d’alimentation et de nutrition, d’emploi, de commerce, de bien-être économique et de loisirs. Photo : FAO
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...