Centrafrique : le HCR condamne une attaque contre son personnel à Kaga Bandoro

Écouter /

Enfants à Kaga Bandoro, République centrafricaine. La ville a été détruite par les violences persistantes, entrainant des besoins humanitaires pour de nombreuses personnes. (archives) Photo: OCHA / C. Illemassene

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fermement condamné mardi une attaque perpétrée contre son personnel et ses locaux, samedi 1er juillet, dans la ville de Kaga Bandoro, au nord de la République centrafricaine (RCA).

« Des hommes armés se sont introduits dans les locaux du HCR à Kaga Bandoro à environ 17h heure locale et ont pillé tous les biens et l’argent sur ce site », a déclaré un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d’un point de presse à Genève.

Six membres du personnel onusien – quatre employés du HCR et 2 autres du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) étaient présents lors de cet incident. « Ils se sont fait dérober leurs biens, y compris des effets personnels et des passeports, sous la menace des armes », a précisé M. Mahecic.

Depuis cette attaque, le HCR a temporairement relocalisé son personnel sur la base de la MINUSCA de Kaga Bandoro, et certains autres agents seront transférés à Bangui, la capitale du pays.

« Nous condamnons cette attaque et nous soutenons notre personnel. La sécurité des employés humanitaires est primordiale pour pouvoir venir en aide aux populations civiles en ayant désespérément besoin », a dit le porte-parole.

Durant la nuit du 28 juin, des hommes armés non identifiés avaient déjà tenté d’entrer dans un logement du HCR à Kaga Bandoro dans le but d’attaquer le personnel et de piller leurs biens. Cette attaque a été repoussée par les forces de la MINUSCA.

Située à environ 350 kilomètres au nord de Bangui, Kaga Bandoro subit régulièrement des violences dont sont victimes ses habitants contraints aux déplacements et ayant besoin d’aide humanitaire.

En RCA, le HCR assure protection et assistance à plus de 8.600 réfugiés et 503.000 personnes déplacées internes.

Les affrontements entre la coalition rebelle majoritairement musulmane Séléka et la milice anti-Balaka, qui sont pour la plupart chrétiens, ont plongé le pays d’environ 4,5 millions de personnes dans un conflit civil depuis 2013. En plus des déplacés au sein de la RCA, plus de 484.000 Centrafricains ont été contraints de trouver refuge dans les pays voisins.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...