Ukraine: Le conflit dans le pays entre dans sa quatrième année, sans issue en vue

Écouter /

Des maisons endommagées par les combats sur la ligne de front en Ukraine. Photo: Daniel Gerstle/IRIN (archives)

Les parties au conflit armé dans l’est de l’Ukraine ont échoué à plusieurs reprises à mettre en œuvre les accords de cessez-le-feu, ce qui a entraîné une intensification des hostilités et davantage de victimes alors que le conflit entre dans sa quatrième année, selon un rapport de l’ONU publié mardi.

Le rapport couvre la période du 16 février au 15 mai 2017, au cours de laquelle la Mission de surveillance des droits de l’homme de l’ONU en Ukraine a enregistré 36 morts parmi les civils liés au conflit et 157 blessés, soit une augmentation de 48% par rapport à la période allant du 16 novembre 2016 au 15 février 2017.

Il y a eu des violations quotidiennes du cessez-le-feu et une utilisation systématique d’armes de petit calibre et d’armes légères et lourdes dans la zone de conflit.

Ces attaques et les dommages causés aux infrastructures critiques, notamment les écoles, les hôpitaux et les installations d’eau, soulèvent de sérieuses inquiétudes concernant la protection des civils, note le rapport. Selon l’ONU, il y a un risque de nouvelle escalade des affrontements à l’approche de l’été comme les années précédentes.

Entre le début du conflit mi-avril 2014 et le 15 mai 2017, au moins 10.090 personnes, dont 2.777 civils, ont été tuées et au moins 23.966 autres blessées. Plus de 1,6 million de personnes ont fui leurs maisons et sont déplacées, tandis que trois millions d’autres sont restées dans le territoire contrôlé par les groupes armés.

Dans son rapport, l’ONU s’inquiète de l’aggravation des privations dans l’est du pays, notamment suite à de nouvelles procédures bureaucratiques pour les retraités.

L’interdiction par le gouvernement ukrainien concernant le transport de marchandises, notamment le charbon et les produits métalliques, à travers la ligne de contact, ainsi que la saisie de 54 entreprises par les groupes armés dans les zones sous leur contrôle, peuvent avoir un impact significatif sur les droits de l’homme, ajoute le rapport.

Le document contient de nouveaux cas de personnes illégalement ou arbitrairement privées de liberté ou soumises à des disparitions forcées et à des enlèvements, en particulier dans le territoire contrôlé par les groupes armés. Dans plusieurs cas, les familles des victimes n’ont pas accès aux personnes détenues et ne savent pas où elles se trouvent.

L’ONU note également que la pratique de la torture persiste, avec de nouveaux incidents signalés des deux côtés de la ligne de contact.

La Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine a par ailleurs observé des violations systématiques du droit à un procès équitable concernant des cas liés au conflit. Le rapport note aussi qu’il semble y avoir une approche sélective concernant les enquêtes et les poursuites dans des affaires médiatisées, comme les meurtres de manifestants à Maidan et les violences du 2 mai 2014 à Odessa.

(Interview Elizabeth Throssel, chargée de la communication au Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme à Genève; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...