Soudan du Sud: si la famine est terminée, plus de gens restent encore affamés

Écouter /

Si la famine est terminée, près de 6 millions du Sud-Soudanais sont encore victimes d'insécurité alimentaire (photo: FAO)

La famine déclarée il y a quatre mois au Soudan du Sud est terminée, ont annoncé mercredi des agences onusiennes, qui soulignent toutefois que le nombre de gens affamés n'a jamais été aussi élevé dans ce pays. Le 20 février dernier, le gouvernement sud-soudanais et l'ONU avaient déclaré l'état de famine dans les comtés de Leer et Mayendit, les Nations unies évaluant à 100.000 le nombre de personnes directement concernées.

 

« La définition technique de la famine ne s'applique plus dans les comtés de Leer et Mayendit, dans l'ancien État d'Unité (Nord), où la famine avait été déclarée en février », ont indiqué dans un communiqué commun le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Selon ces trois agences onusiennes, s'il n'y a techniquement plus de famine au Soudan du Sud, le nombre de personnes en situation d'insuffisance alimentaire est néanmoins passé de 4,9 millions en février à 6 millions en juin. Il s'agit du « niveau d'insécurité alimentaire le plus élevé jamais expérimenté au Soudan du Sud », font remarquer les agences de l'ONU. Elles notent que le nombre de personnes en situation d'urgence alimentaire, le niveau précédant celui de famine, est passé de 1 million en février à 1,7 million présentement.

Si la famine n'est plus déclarée, la perspective ne s'est pas pour autant éloignée. Le Directeur des urgences pour la FAO prévient que « la crise n'est pas finie ». « Nous ne faisons que maintenir les gens en vie, mais de trop nombreuses personnes sont au bord du gouffre en situation de faim extrême », a averti Dominique Burgeon. « La seule façon d'en finir avec cette situation désespérée est d'arrêter le conflit, d'assurer un accès sans restriction (aux humanitaires) et de permettre aux gens de reprendre leur vie normale », a-t-il ajouté. « Les gains obtenus dans les zones touchées par la famine montrent ce qui peut être réalisé lorsqu'une aide durable atteigne les familles. Mais le travail est loin d'être terminé », a de son côté déclaré le Représentant du PAM au Sud-Soudan.  Selon Joyce Luma, « c'est une crise qui continue à empirer avec des millions de personnes menacées par la famine si l'aide humanitaire cesse d'être fournie. Il est impératif de mettre fin à ce conflit ».

« Lorsque les agences humanitaires ont l'accès et des ressources, nous sommes en mesure d'apporter une réponse rapide et robuste, et de sauver des vies », a pour sa part souligné le Représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud. Mahimbo Mdoe note toutefois que plus d'un million d'enfants au Sud-Soudan sont malnutris. « À l'heure actuelle, de nombreuses régions restent coupées en raison de l'insécurité, laissant des centaines de milliers d'enfants au bord du gouffre ». A cet égard, des enquêtes menées dans plusieurs provinces sud-soudanaise montrent une prévalence globale de la malnutrition aiguë au-dessus du seuil d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé de 15%, avec un pic de 26,1% dans l'ancien comté de Duk dans l'État de Jonglei. « On s'attend à ce que la situation se détériore davantage durant la saison de soudure en juillet », avertissent les agences onusiennes.

Face à cette situation, le PAM a réussi à fournir des vivres à 3,4 millions de personnes au Soudan du Sud depuis le début de l'année. Cela comprend une aide alimentaire d'urgence et nutritionnelle ainsi que des moyens de subsistance à 2,6 millions de déplacés ou de personnes touchées par le conflit. Jusqu'à présent, l'UNICEF, avec ses partenaires, a traité plus de 76.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère (SAM). Les enfants atteints de SAM sont neuf fois plus susceptibles de mourir que les enfants bien nourris.

Du côté de la FAO, la priorité a été de distribuer de kits agricoles et de pêche à plus de 2,8 millions de personnes, dont 200.000 dans les zones touchées par la famine.

Le terme famine est employé dans le cadre d'un système mondial de classification, l'échelle IPC, élaboré par plusieurs agences humanitaires. Pour l'IPC, la famine est déclarée dès lors que plus de 20% de la population d'une région a un accès très limité à la nourriture de base, que le taux de mortalité est supérieur à deux personnes pour 10.000 par jour et qu'une malnutrition aiguë touche plus de 30% de la population. Concernant la situation au Soudan du Sud, les Nations Unies avaient considéré que la famine n'était pas d'origine climatique, mais est « causée par l'homme ».

(Interview : George Fominyen, porte-parole du PAM au Soudan du Sud ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...