Sahel/ONU : coordonner les actions au-delà des frontières

Écouter /

Réunion conjointe du Conseill économique et social (ECOSOC) et de la Commission de consolidation de la paix sur la situation au Sahel (Crédit: Photo ONU/Kim Haughton)

Le Siège de l'ONU accueille ce mercredi la Réunion conjointe du Conseil économique et social des Nations Unies et de la Commission de la consolidation de la paix sur la situation au Sahel. Une réunion qui vise notamment à aborder les causes profondes et les facteurs de conflit violent au Sahel mais aussi à renforcer la cohérence entre acteurs politiques, ceux liés à la sécurité, à la consolidation de la paix, au développement et aux actions humanitaires.

Lors de son intervention, Abdoulaye Mar Deye, Directeur du Bureau Afrique au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a estimé que l'émergence d'un Sahel nouveau exige trois impératifs liés à la réponse structurelle, à la coordination des différentes actions et à la gestion des grands espaces.

La réunion organisée ce mercredi 28 juin sur la situation dans la région du Sahel s’appuie sur la réunion conjointe tenue le 24 juin 2016 sur l’Agenda 2030 pour les Objectifs de développement durable (ODD) et la paix durable. Elle a pour ambition d'évaluer et de s'inspirer de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (UNISS) qui a été élaborée et lancée en 2013 pour adopter une approche régionale afin d'aider les gouvernements et les populations de la région à s’attaquer aux causes profondes et aux impacts de la crise au Sahel.

En particulier, la Stratégie identifie des objectifs et actions spécifiques dans le cadre de trois objectifs stratégiques, à savoir la gouvernance, la sécurité et la résilience.

Aussi, afin de maximiser son impact, il a été proposé de donner la priorité à la mise en œuvre de l’UNISS dans les pays les plus touchés: le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger.

La réunion se déroule alors que la situation au Sahel reste fragile, malgré de nombreux efforts nationaux, régionaux et internationaux. La nécessité d’une coopération régionale et transfrontalière pour la stabilité et le développement est plus grande que jamais. La région du Sahel continue d’être confrontée à des problèmes de gouvernance, de sécurité, d’humanitaire et de développement.

La fragile situation de sécurité au Sahel peut être attribuée en partie à la propagation d’extrémistes violents et de groupes terroristes, y compris Al-Qaïda au Maghreb islamique et à Boko Haram. La région souffre d’un effondrement des conflits au Mali et en Libye et une tendance inquiétante du djihadisme à la maison, comme en témoigne le Burkina Faso, le Tchad et le Niger, ainsi que d’autres pays du bassin du lac Tchad, qui continuent à se battre contre Boko Haram.

La situation au Sahel est exacerbée par plusieurs autres défis de la consolidation de la paix, notamment la gouvernance, l’inclusion politique, les difficultés socioéconomiques, les inégalités, la marginalisation et l’exclusion, le changement climatique, la criminalité transnationale organisée et le trafic de drogue et la prolifération des armes légères et de petit calibre. Ces défis sont une source de tension et de troubles potentiels dans la région.

La résilience des populations sahéliennes – certaines des plus pauvres du monde – reste soumise à un stress grave, car les effets du changement climatique et de la croissance démographique augmentent la pression sur l’offre de ressources naturelles. Une famille sur cinq au Sahel est vulnérable à l’insécurité alimentaire et 12 millions de personnes auront besoin d’une aide alimentaire urgente en 2017. La malnutrition continue d’atteindre des niveaux critiques, en particulier au Tchad. Dans toute la région, près de 5 millions de personnes sont aux prises avec les conséquences des déplacements forcés. Au Mali, la violence accrue entraîne de nouveaux déplacements de population, car plus de 3,5 millions de personnes sont en sécurité alimentaire et quelque 852 000 ont besoin d’aide nutritionnelle.

(Extrait sonore : Abdoulaye Mar Deye, Directeur du Bureau Afrique au Programme des Nations Unies pour le développement, PNUD)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...