Réfugiés : António Guterres se rend en Ouganda en réponse à la générosité du pays

Écouter /


Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (à droite), lors d'une conférence de presse à New York. Photo ONU/Evan Schneider

Lors d’une conférence de presse donnée mardi au Siège de l’ONU, à New York, le Secrétaire général qui se rend cette semaine en Ouganda, pays qui accueille de nombreux réfugiés, a été amené à évoquer la situation en Afrique notamment au Soudan du Sud, au Mali, en Centrafrique et en RDC. António Guterres a indiqué que tant lors du Sommet de l'Union africaine que lors du sommet entre l'Union africaine et les Nations Unies à New York, un accord a été établi sur une plateforme de coopération entre l'Union africaine et les Nations Unies en matière de paix et de sécurité dans tous les domaines, de la prévention, aux opérations de maintien de la paix, et aux opérations d'imposition de la paix.

Le Secrétaire général a souligné qu'il a récemment appuyé fortement l'initiative du G5 Sahel, d'une force du G5 Sahel, dans le contexte du Mali et des pays environnants, en complémentarité avec la force onusienne de maintien de la paix. Il a justifié cette approche par le fait qu'il s'agit d'une situation où il y a un nombre d'acteurs, y compris les organisations terroristes, qui doivent être gérés en complémentarité entre ce qui est le maintien de la paix et la protection des civils, et ce qui est le combat des groupes terroristes, qui doit être fait par ceux qui peuvent avoir un mandat de ce type. Alors, on coopère activement avec les organisations régionales africaines et on comprend qu'il y a une division de travail importante à établir, et une coopération importante à garantir pour qu'il y ait une plus grande efficacité sur le terrain.

Selon António Guterres, le maintien de la paix traditionnel, qui consiste à garantir la stabilité dans le contexte d'un accord de paix pour que le pays puisse poursuivre un processus de stabilité, ce maintien de la paix traditionnel est aujourd'hui menacé par des situations où il y a un grand nombre d'acteurs qui poursuivent le conflit et qui rendent les activités de maintien de la paix et de protection des civils de plus en plus difficiles. Aussi, importe-t-il de trouver des formules à géométrie variable avec des partenariats avec les organisations régionales, notamment l'Union africaine et les organisations sous-régionales africaines.

Dans ce contexte, le voyage en Ouganda est l'occasion d'adresser un message de solidarité en réponse à la générosité extrême du peuple ougandais et du gouvernement ougandais face au nombre de réfugiés que le pays a accueillis, — plus de 1,3 million en général, presque 950 000 réfugiés du Soudan du Sud — avec les frontières ouvertes, les portes ouvertes, les cœurs ouverts, avec le partage des ressources, notamment de la terre, d'une façon qui est exemplaire, dans un monde où malheureusement un si grand nombre de frontières et de portes sont fermées.

(Extrait sonore : António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...